Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fait et Vérité, l'enjeu de notre époque

Parmi la pléiade de difficultés qu'affronte l'humanité au sens large, il en est une qui a récemment profondément envahi les sociétés occidentales (Les autres sans doute aussi, mais n'y habitant pas je laisse chacun déterminer les zones concernées). Le terme phare qui revient sans cesse pour illustrer cet obstacle c'est le mot "fake-news", mais ce n'est qu'une illustration d'un principe plus large : La confusion entre faits et vérités.

Allez, en cette période post-bac vous êtes tous normalement chaud sur la méthodologie quand on veut aborder un sujet un tant soit peu philosophique : On commence par les définitions !

Fait

Alors commençons par définir ce qu'est un fait. Ah oui tiens, c'est quoi donc ce bidule ? La définition officielle dit "Ce qui est reconnu comme certain, incontestable". Pour parler de manière probabiliste, un fait c'est donc un élément qui a 100% de chance de se produire (ou de s'être produit). Pas 51%, pas 99%... 100% et rien de moins.

Prenons quelques exemples. "Tout objet situé sur Terre est soumis à la gravité", Il peut arriver à s'en défaire ou en atténuer les effets mais il n'en reste pas moins soumis (parmi d'autres forces) à la gravité. Donc c'est un fait. Une certitude.

Un autre exemple : L'être humain n'est pas équipé biologiquement pour respirer sous l'eau. Il bricole des outils, il se débrouille pour le faire quand même, mais de base c'est bien un fait.
Maintenant si je dis "Si je maintiens ta tête sous l'eau, dans 15 minutes tu vas te noyer". Est-ce qu'il y 100% de chance que cela se produise ? Et bien non : Tu peux peut-être te débattre, tu peux avoir planqué une bouteille d'oxygène quelque part ou tu peux être Jacques Mayol (Félicitations à toi si tu as compris la référence : tu es vieux !). L'évènement est probable, mais pas certain. Ce n'est donc pas un fait.

Vérité

Très bien et maintenant qu'est-ce qu'une vérité ? Vous pourriez croire en faisant une relecture rapide de la section précédente que, dans le fond, c'est la même chose. Après tout, quand on cherche la vérité, on cherche à établir les faits non ? Et bien non. Pas du tout en fait.
La vérité c'est la conclusion à laquelle aboutit votre paradigme quand il est exposé à des faits. (Ne partez pas tout de suite, je vais vous expliquer)

Ce qu'il faut arriver à bien comprendre c'est que la vérité est une construction de notre esprit, là où le fait est indépendant de notre réflexion. Si vous voulez, la vérité c'est en quelque sorte l'histoire que l'on raconte, la constatation que l'on fait à travers notre savoir et notre expérience. En fait "la" vérité n'existe pas vraiment. On devrait plutôt parler de "notre" vérité. Car elle est fondamentalement subjective, elle s'appuie sur notre compréhension, sur notre réflexion, sur notre vécu.

L'exemple le plus connu c'est le proverbiale verre "à moitié plein ou à moitié vide".
"Le verre est à moitié plein" est une vérité, "Le verre est à moitié vide" est une vérité. (Et aucune n'est un fait. Le fait aurait été de dire que "le verre contient X cl de liquide". Plein ou vide, ne sont pas des faits mais des jugements.)

Et on voit bien à travers cet exemple que les 2 vérités peuvent coexister. Les deux phrases sont "vraies". Ce qui distingue ces 2 vérités ce n'est pas la réalité qu'elles tentent de décrire mais la pensée de celui qui les prononce.
La vérité est une notion totalement subjective. Qui peut bien sûr être partagée par une communauté de personnes (sous réserve que lesdites personnes constituent une communauté de valeur/vécu) mais qui restera toujours impossible à décorréler du paradigme qui a servi à sa formulation.

Attention cela ne veut pas dire que le mensonge n'existe pas pour autant.
Déjà pour commencer ce n'est pas parce que toutes les vérités sont subjectives que toute affirmation est forcément vraie quelque part pour quelqu'un. Mais surtout rien n'empêche de prononcer une phrase que l'on considère n'être pas vrai.
Histoire de ne pas vous perdre (oui, je sais, c'est un peu tard.) il suffit de regarder la politique qui fourmille d'exemples. Je ne sais pas quand vous lirez ce billet mais actuellement nous avons notamment un président (Macron) qui se prétend "en même temps" de droite et de gauche. C'est un mensonge.
Pas au sens qu'il n'existe aucune personne pour qui cela pourrait être une vérité, mais au sens où le premier concerné (le président) ne le croit pas lui-même. Ce n'est pas une vérité à ses propres yeux.

Confusion

Bref nous avons donc des faits et des vérités. Mais alors quel le problème au juste ? Et bien il vient de la confusion grandissante entre ces deux notions. On attribue de plus en plus les caractéristiques d'un fait à ce qui n'est que vérité. Par un raccourci mental de facilité, on décore les vérités de certitude et d'incontestabilité, les faisant passer pour ce qu'elles ne sont pas.

Quand on t'affirme qu'il faut favoriser la croissance ou que l'important c'est de s'emparer des moyens de production, ce sont des vérités. Mais elles sont déguisées en faits par ceux qui les évoquent.

Or agir ainsi à la fâcheuse conséquence de rendre les faits moins... "factuels". Noyés au milieu de vérités pseudo-factuelles, les faits perdent de leur importance. Au point, comme on l'observe de nos jours, de devenir totalement facultatifs.
Cette semaine, l'Amérique de Trump a affirmé sans trembler que des enfants n'avaient pas besoin de savon ou de lits pour être propre et bien dormir. Ou, plus proche de nous, le gouvernement français a répété pendant des mois qu'il n'y avait eu aucune violence policière... Parfois avec les images d'actes violents de policiers défilant au même moment derrière eux sur les plateaux TV.

La vérité est une histoire que l'on se raconte, une manière de relier les points de notre expérience pour en faire un ensemble prétendument cohérent. C'est ainsi que fonctionne notre cerveau : Il relie les points. Quand bien même les points n'ont aucune raison de l'être. Et s'il faut escamoter quelques faits gênants pour y parvenir alors nous le faisons, sans même y penser.

Voilà l'enjeu de notre époque. Parvenir à résister au fonctionnement instinctif de nos propres processus mentaux pour ne pas qu'ils nous poussent dans une ère de néant absolu, où rien n'aura plus aucun sens sinon celui décidé arbitrairement par le dominant du moment.

Ceci est ma vérité.
Et vous allez trouver à y redire... C'est un fait ! ;)

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

"Rien ne va" : La France en 2019 à travers la crise des gilets jaunes.

C'est devant l'absurdité de l'imagerie actuelle renvoyée par notre pays que j'ai soudain réalisé...

Lire la suite

La France est-elle une dictature ?

En ces temps houleux qui ne font somme toute que répondre aux temps de provocation précédant, durant...

Lire la suite