Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

5 minutes : Alexandra

8h55, bar du coin de la rue

"Soyez gentille et enlevez-moi cette tasse qui ne m'est certainement pas destinée, j'ai commandé un cappuccino pas un reste d'eau usée"

Alexandra soupira intérieurement.

"Toutes mes excuses Madame, je vous en apporte un autre immédiatement" répondit-elle machinalement.

Elle prit la tasse, qui ne lui semblait ni plus ni moins insipide que toutes les autres, et repartit vers le comptoir.

Ses excuses n'étaient guère sincères mais elle n'avait pas le choix. Le monde de la restauration n'autorisait pas les serveurs à s'exprimer autrement que par un sourire ou une excuse. Enoncer au client les différences entre serveur et esclave, même si l'envie en était parfois très intense, ne se soldait que par une seule conclusion : la porte. Et bien évidemment la divulgation de l'incident à l'ensemble des autres établissements.

Alexandra n'avait pas vécu la chose elle-même mais elle avait rapidement compris les rouages du métier et plusieurs de ses anciens collègues lui avait démontré à quel point elle avait raison.

Mais finalement, malgré les clients difficiles, Alexandra appréciait son métier. Il n'était pas aussi mal payé qu'elle l'aurait cru, bien que son salaire soit largement inférieur à celui de ses amies, et le contact permanent avec une multitude de gens d'horizons divers lui plaisait.
Elle aimait entendre le brouhaha constant des clients racontant, frimant, échangeant, murmurant et parfois même pleurant ou criant. La salle était un petit univers à elle toute seule. Un résumé étonnamment complet des hauts et des bas de l'humanité.

Au détour d'une table, elle se concentrait parfois sur une conversation, écoutant et partageant les aléas de la vie de ses clients. Et s'ils le permettaient, elle profitait parfois du service pour discuter brièvement avec eux.

La plupart du temps, les gens appréciaient le geste, et échangeaient volontiers avec elle. D'autant plus volontiers qu'Alexandra était assurément jeune et belle. Parfois, elle sentait que la personne était trop occupée par un souci quelconque ou par la lecture d'un journal et elle faisait alors de son mieux pour faire son service discrètement.

Oui, elle aimait son métier. Et, pensa-t-elle en préparant un nouveau cappuccino, elle en acceptait les petits inconvénients.

Une fois la tasse terminée, elle s'apprêta à l'apporter à sa cliente difficile lorsqu'un homme entra et se dirigea droit sur elle. Manifestement il souhaitait lui parler.

"Bonjour. Bernard Lefèvre. Brigade anti-terroriste, lui indiqua-t-il dans un murmure."

D'un geste naturel, il sortit un porte-monnaie et le posa sur le comptoir comme s'il s'apprêtait à payer une consommation. Alexandra vit clairement son badge, posé sur le dessus.

"Le reste des hommes attendent dehors et vont intervenir bientôt pour interpeler l'un de vos clients. Pour ma part je vais me positionner derrière ce comptoir afin de préparer leur entrée et de prendre la personne par surprise si cela s'avère nécessaire. Faites oui de la tête, si vous m'avez compris."

Lentement, Alexandra fit oui de la tête. Elle s'apprêta à balayer la salle du regard lorsque l'homme l'arrêta.

"Non, ne regardez pas. Nous savons déjà où il se trouve. Contentez-vous d'agir comme d'habitude et allez servir vos clients le plus naturellement possible."

Voilà qui n'allait pas être facile pensa-t-elle...elle fit néanmoins un signe de tête à l'homme et repartit dans la direction de sa cliente.

Ce n'est qu'à mi-chemin qu'elle s'aperçut soudainement qu'elle avait oublié bêtement la tasse sur le comptoir. Gênée, mais tentant de faire bonne figure, elle retourna vers le comptoir. L'agent n'était plus visible, il s'était manifestement déjà caché derrière.

Résistant à l'envie de jeter un oeil, Alexandra prit le cappucino et retourna voir sa cliente.

Quelques fractions de secondes plus tard, elle entendit une chaise un peu plus loin derrière elle, quelqu'un se levait. Et simultanément le silence se fit dans la salle.

Suivi juste après d'un coup de feu.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Spy (Actif) ·  21 septembre 2006, 14:37

Bravo... J'aime beaucoup...

tsuki_c (Fanatique) ·  21 septembre 2006, 14:42

toujours aussi palpitant !!! et on attend toujours la suite avec impatience ! ;-)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Notification

Une nouvelle notification chasse la précédente sur l'un de mes écrans. Un tweet de France Info...

Lire la suite