Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tu ne mangeras point

La parole du divin, à défaut d'être écouté, est généralement entendu. Il s'agit là d'une vérité universelle que même un honteux, et fatalement impure, incroyant comme moi ne peut nier (ou du moins ignorer, la dénégation étant une possibilité toujours présente comme nous le démontre chaque jour les amis de l'ENA).

Lorsque tombe les commandements il est donc de bon ton entre gens de religions respectables, celles qui ont à leur actif plus de morts que d'adeptes, d'en prendre acte, voire d'obéir aveuglément.
Bien sûr, pour ma part la problématique est différente puisqu'en tant que seul matre, auto-proclamé, de ma personne, le dialogue entre Sa Supériorité et moi-même est difficile.

Or donc lorsqu'aujourd'hui l'être parait-il suprême m'a annoncé : "TU NE MANGERAS POINT"; je l'ai gentiment envoyer chez les incas se récurer les extrémités avec un menhir. Car enfin se mettre entre moi et ma nourriture est un blasphème envers ma propre grandeur (qui, comme l'atteste l'état de mes chevilles n'est à l'évidence pas négligeable)

Mais croire qu'un simple revers de main peut chasser Sa Grosseur Omnipotente est une grave erreur comme j'ai pu le constater par la suite.
Ainsi, à cause de son intervention manipulatrice, l'opérateur de chez "Wanadoo-Orange-France Telecom-J'ai plein de noms pour tromper l'ennemi" a mis un temps particulièrement long (3 heures pour être précis) à constater l'évident problème de ma ligne. (que je lui avais d'ailleurs énoncé, ainsi que les raisons du problème, dès le départ)
En effet comment expliquer autrement que par cette intervention divine, qu'un opérateur situé au Maroc, avec pour seul guide une procédure incomplète mais incluant tout de même la question "avez-vous allumé votre ordinateur ?", soit incapable de résoudre le problème spécifique de ma ligne téléphonique ?

La manipulation de Sa Haute Seigneurie est manifeste.

Ne désespérant pas, j'ai tout de même réussi à franchir l'obstacle et à atteindre mes fourneaux afin de me repatre. Mais, dans Sa grande duplicité, il est parvenu à retarder un peu plus mon repas en m'envoyant, l'un après l'autre, un coup de fil de ma mère puis d'une télévendeuse. (Ce dernier obstacle étant à l'évidence un coup bas qui mériterait disqualification mais je suis bon joueur, je laisse passer)

Finalement, et après une rapide "discussion" avec la télé-opératrice ("-Bonjour, je... -Désolé de vous dire ça, je sais que vous avez un métier ingrat mais je n'en ai rien à foutre de votre truc, au revoir.") me voilà rassasié.

C'est donc un magnum dans la bouche que je tenais à te le dire, O Etre Supérieur : Je t'emmerde.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

eguemarine (Ami de toujours) ·  28 juin 2006, 23:01

" TU NE MANGERAS POINT " en dehors des repas... :-D

sandokan (Habitué) ·  29 juin 2006, 08:58

gloire au vainqueur
tu es venu
tu as vaincu
tu es repu
lol

tsuki_c (Fanatique) ·  29 juin 2006, 09:04

>C'est donc un magnum dans la bouche que je tenais à te le dire, O Etre Supérieur : Je t'emmerde.

mais... mais... Khaos enfin tu viens de faire de la pub !!!! tu es fiévreux ???!!!

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  29 juin 2006, 09:31

Meuh non, ce n'est pas de la pub, j'avais un flingue dans la bouche bien sûr ;) (ou une grosse bouteille de champagne, je ne me rappelle plus très bien...)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite