Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A la demande d'Impertinences

Suite à la demande d'Impertinences voici 6 vérités sur moi.

1 - Je suis un bon vivant. Malgré une taille fine (qui tend cependant à disparaitre ces derniers temps) je suis un engloutisseur devant l'éternel. Si je me laissais faire, je mangerais des saucisses au petit dej' (en fait je l'ai même déjà fait pendant 2 ans, jusqu'à ce que mon médecin me demande d'arrêter). Mes amis se souviennent encore de mon extermination d'un plat de pâtes carbonara prévu pour 5 personnes.

2 - Je suis actif. Loin de moi la prétention de m'affirmer sportif, je peux très bien passer des journées entières en restant sur une chaise. Par contre, il m'est tout simplement impossible de passer 10 minutes sans aucune stimulation mentale. Si je me réveille trop tôt le week-end, il m'est impossible de me rendormir et mon cerveau tourne déjà à plein régime. Il ne reste alors plus qu'à me lever et faire quelque chose, peu importe laquelle. De même une séance canapé-lobotomie devant la télé est une torture pour moi si le film ne m'intéresse pas.

3 - Je suis bon public. Allez savoir pourquoi, il y a très peu de film que je trouve fondamentalement nul. Différent, divertissant, intellectuel mais jamais "nul". J'aime tout.

4 - J'aime qu'on m'aime. C'était d'ailleurs écrit durant toute mon enfance sur mes draps snoopy. Et c'est incroyablement vrai.

5 - Je suis un collectionneur. Je l'ai déjà évoqué dans mes billets : je suis un collectionneur maladif (même si je me soigne...un peu). J'ai par exemple une collection de cartes à jouer (style Magic) et bien que je n'y rejouerais sans doute jamais faute de joueurs en nombre suffisant, le fait qu'il me manque encore des cartes à ce jour me travaille régulièrement.

6 - Je suis dangereux. Peu de personnes m'ont déjà vu en colère (2 gars et 1 fille pour être précis), mais malgré mon gabarit peu impressionnant, elles s'en souviennent encore pour être passées ensuite par la case hôpital. Je suis globalement très patient mais lorsque ce n'est plus le cas, il ne fait pas bon être près de moi.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

kikujiro (Passant) ·  04 avril 2006, 10:24

"4 - J'aime qu'on m'aime" il y avait pas aussi "Je deteste les petits matins" sur ton oreiller ?

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  04 avril 2006, 10:42

Maintenant que tu me le dis, c'est bien possible.

eguemarine (Ami de toujours) ·  04 avril 2006, 10:46

moi, le slogan Snoopy, que je connais c'est " comment être modeste, quand on est le meilleur "...

eguemarine (Ami de toujours) ·  04 avril 2006, 13:04

quand je regarde les derniers commentaires, il n'y a que toi qui apparait...

petit problème technique ?

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  04 avril 2006, 13:24

Non c'est normal j'ai édité un certain nombres de mes commentaires (pour faire apparatre ma nouvelle adresse).

eguemarine (Ami de toujours) ·  04 avril 2006, 13:26

ok, j'ai paniqué pour rien...

Declik (Habitué) ·  27 février 2007, 08:08

"Si je me réveille trop tôt le week-end, il m'est impossible de me rendormir et mon cerveau tourne déjà à plein régime."

Et les câlins ? t'as essayé?
Tu te réveilles tôt, tu fais un mega câlin de la mort, puis tu te rendors jusqu'à midi.
Le pied !! (c'est le cas de le dire)

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  27 février 2007, 08:12

Je ne suis pas de ceux qui s'endorment après un gros câlin.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite