Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'appel du Banga

Non, ce billet n'évoquera pas la dure désillusion de tous ces jeunes qui étaient jusqu'ici persuadés que l'ingestion de fumée, quelque qu'en soit l'origine, était naturelle et participait au bien-être du corps humain et qui désormais vont certainement décidé de renier cette vérité tel le gouvernement face aux réalités du marché du travail et des pratiques numériques du monde entier.

Non aujourd'hui ce qui m'interpelle c'est ce fameux appel qui, pour nous autres les vieux, fait écho à ce petit garçon traversant un couloir soudain infesté de crocodiles et au non moins classique "à gauche, à gauche, encore, encore, stop, à droite, non l'autre droite" de ce chevalier au casque opaque évoluant dans un décor virtuel qui, certes, ne carburait pas au jus d'orange mais participait à ce courant de fort boyard du jeune qui était très en vogue à l'époque.

Mais, outre ma nostalgie maniaque, que viennent donc faire ces reliques du passé dans le contexte actuel du monde en général, et du mien en particulier ?

Et bien c'est avec un profonde tristesse que j'ai pu vérifier scientifiquement que, comme soupçonné précédemment, je suis trahi par la technique et m'avère incapable d'arpenter les plaines dévastées d'Oblivion. Une erreur fatale m'interdit même le simple visionnage du menu.

Après un week-end où j'avais bravement tenu face à la déferlante familiale, vaincu une plomberie rebelle (victoire m'ayant d'ailleurs permis d'accomplir le défi Chaos Klub du moment) et habilement évité une probablement sanglante escarmouche avec ma compagne à l'aide d'un emploi judicieux de mon insomnie et de mes talents tout neuf d'homme de ménage, cette trahison numérique fut le déclic final éteignant la flamme de l'aventurier qui m'anime.
Pour tout dire, le chaos qui m'habite a donc brusquement fait place à la dépression glandulaire chronique, source de mes plus grands moments de poésie et de solitude, qui m'a certes valu mes lettres de noblesse mais qui n'est pas vraiment des plus ludiques.

Afin de restaurer mon optimisme ravageur, j'attends donc du monde qu'il s'améliore en remplaçant, au choix, les instances au pouvoir par des personnes réellement aptes à gouverner, mon bulletin de salaire par celui d'un major du disques, d'un footballeur, d'un publicitaire ou tout autre personne également surpayée à rien foutre, ou bien mon ordi par un autre plus vigoureux.

Après avoir sauvé 2 personnes du suicide, sauté d'un pont de 36 mètres, sauvé un chien de la noyade, accompagné une tante dans la mort et redonné le moral à un nombre incalculable de personnes, il me doit bien ça.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

tsuki_c (Fanatique) ·  28 mars 2006, 16:57

pour le salaire, l'ordi et les gouvernants je ne peux rien faire mais ne serait-ce que le contentement d'avoir aidé ta bien-aimée aux tches ménagères devraient t'avoir remonté le moral ! ;-)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite