Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ni Dieu, ni Maitre

matrix_cat.jpgEn bon cyclothymique, et fier de l'être, il m'arrive de me laisser bercer par le monde qui m'entoure, enfermé dans un bulle de passivité dépressive tout juste bonne à alimenter mes maigres talents d'écrivain-poète-compositeur-informaticien-réalisateur.

Et bien sûr, lorsque l'effet retour (justifiant le préfixe "cyclo") se fait ressentir, la passivité se métamorphose en force brute et chaotique enfonçant joyeusement, et avec le sourire, toutes les portes qui ont eu la maladresse de se mettre sur ma route. (Ça ne vous rappelle rien ? Que voulez-vous les créatures portent bien souvent la marque de leur créateur ;) )

C'est donc après avoir aplati quelques inconscients cette semaine, qui tentaient faiblement de me nuire, et sur fond musical à tendance rave party (En cette précise seconde, Godlike de DeepForces) que me vient l'envie d'écrire ce billet.

Mais pour parler de quoi me direz-vous ? Et bien de rien : d'aucune profondeur, d'aucune méta-analyse psycho-sociologique, ni même d'un quelconque tutorial pour tenter (en vain) de faire comprendre à mon prochain sa bêtise crasse et les méthodes pourtant fort simple lui permettant de déciller ses pauvre yeux d'aveugle.

Non, l'objet de ce billet est uniquement d'exprimer ma simple et débordante joie d'être celui que je suis, d'en être arrivé là par moi-même et d'avancer sur le chemin que je me suis choisi.

Autant vous dire qu'hors d'un épanchement nombrilo-centré, vous n'aurez braves (à défaut de fidèles) lecteurs rien de bien intellectuel à vous mettre sous la dent (et je sais à quel point vous venez ici pour la culture que je vous apporte :rolleyes: )

Oui, au milieu de ce monde de merde, où la politique est devenu un concours du plus grand débile profond (ce qui n'exclue en rien une petite stature), où le journalisme consiste à répéter benoitement des informations ni vérifiées ni utiles ni même souvent intéressantes (Depuis quand le monde à quelque chose à foutre de ce qu'il se passe au FN ?), moi je parviens à être fidèle à moi-même encore et toujours, et à construire ce que MOI j'ai décidé, envers et contre toutes les opinions adverses.

Car, oui, j'ai réussi là où tous les connards qui se sont moqués ont échoué. J'ai accompli là où tous les bien-pensants ont brassé du vent et disparu. J'avance là où tous les donneurs de leçons s'encroutent.

Ma vie est telle que je la désire et personne, aussi puissant se croit-il, n'est encore parvenu à m'en faire changer.

Continuez à vous enfermer dans votre martyr, continuez à vous noyer dans un verre d'eau, continuez à construire vos propres problèmes par vos choix idiots, continuez à perdre votre temps alors que la vie est si courte.

A la fin, je serais tout aussi mort que vous... Mais je ne regretterais aucune des secondes passées.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Solita (Ami) ·  18 janvier 2011, 20:34

:!: :)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite