Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Némésique inertie

blog-writing.jpgAu risque de paraitre aussi simple d'esprit que le premier fanatique UMP venu, il m'arrive parfois d'asséner des vérités d'une évidence telle que des proverbes comme "Après la pluie vient le beau temps" font par comparaison office d'obscur et nébuleux concept supra-naturel.

Le contenu de ce billet étant de cette trempe, j'encourage vivement le quidam moyen, encore endormi par la moiteur d'un été bercé au secret story ou bien suspendu au mystère haletant de cette série à la hauteur de son public qu'est plus belle la vie, à l'éviter autant que faire se peut car, j'en conviens humblement, le spectacle d'une logorrhée interminable, et dont le seul véritable but n'est autre que sa propre longueur, n'est pas à même de combler toutes les configurations neuronales de mes compatriotes humains. (La beauté abstraite de mots virevoltants les uns avec les autres est un art qui se perd et au public malheureusement fort restreint.)

Mais qu'à cela ne tienne, et pour les plus assidus d'entre vous, il convient d'évoquer la dite vérité première pour laquelle j'ai tant prologué.

Elle consiste tout simplement à désigner comme Némésis à ma personne, issue de la mouvance chaotique (dont la principale singularité est de ne justement pas en posséder), le principe de l'inertie du quotidien.

Oui voilà toute la teneur, à forte envolée lyrique ajoutée, de mon propos : nommer mon ennemi.

Certes, bien que non-dit, il n'a pas attendu sa nomination pour faire des siennes et, pour les plus attentifs d'entre vous, son horrible patte gluante s'est fait ressentir dans la fréquence de mes billets. Voyez plutôt : seulement deux billets produits la semaine passée, bien loin de ma prose journalière. (et ce même en incluant les effets néfastes de la chaleur sur mon cortex mono-neuronal qui, malgré tous mes efforts pour me rapprocher de la Bretagne et ses pluies éternelles, continue de sourdre de cette étrange boule lumineuse et sournoise que j'aperçois parfois entre deux couvertures nuageuses.)

Oui, la triste vérité c'est bien que l'infâme routine du quotidien, alimentée par notre tendre société où les enfants sont de pauvres créatures innocentes et les gens ni blancs ni chrétiens de dangereux terroristes, s'empare chaque jour un peu plus de mon cerveau d'Éveillé afin de le ramener à cet état intellectuel végétatif que l'on observe fréquemment chez le poisson-lune ou l'homme politique.

Alors, à défaut de voir les prophéties de pseudo-philosophes démagogues se réaliser, l'insurrection venant peu et le QI de poulpe de mes concitoyens n'aidant guère de toute façon à sa mise en œuvre, je m'en vais de ce pas provoquer quelques tourmentes verbales qui, faute de mieux, permettront à mon esprit de maintenir ses voies respiratoires métaphoriques hors de la gluante mélasse journalière. Il faut bien survivre avant de vivre.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Izusa (Passant) ·  05 août 2010, 14:05

>Oui, la triste vérité c'est bien que l'infâme routine du quotidien, alimentée par notre tendre société où les enfants sont de pauvres créatures innocentes et les gens ni blancs ni chrétiens de dangereux terroristes, s'empare chaque jour un peu plus de mon cerveau d'Éveillé afin de le ramener à cet état intellectuel végétatif que l'on observe fréquemment chez le poisson-lune ou l'homme politique.

moi je dis qu'il vaut mieux tenir du poisson-lune que de l'homme politique m'enfin je dis ça, je dis rien LOL

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite