Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'or de mes doigts

touch.jpgPour une raison qui me reste encore inconnue à ce jour j'ai toujours trouvé un coté étonnamment apaisant à m'asseoir devant un ordinateur et pianoter tout ce qui me passe par la tête. Le contact du clavier ou peut-être le cliquetis des touches induisent en moi une paix et une sensation sensiblement identique aux loisirs créatifs.

Un genre de "c'est moi qui l'ai fait" hélas immatériel puisque, semble-il, je pourrais taper des heures et des heures, ma création resterait virtuelle et donc sans valeur à la plupart de mon entourage.

C'est là une frustration que, je pense, partagent de nombreux collègues travaillant au sein du monde informatique : Construisez un portail en bois ou un garage en parpaing et vous serez admiré par tous vos voisins, passez un nombre équivalent d'heures pour aboutir à la crème du site internet interactif et tout le monde sous-entendra que vous êtes improductif.

Ayant pour ma part commencé l'informatique très jeune (J'ai débuté la programmation à l'âge de 5 ans... car à cette époque pour pouvoir jouer sur la plupart des machines il fallait auparavant écrire l'intégralité du code source du jeu correspondant), je vous laisse imaginer le nombre incalculable de fois où l'on m'a soutenu que le temps passé sur mon ordinateur était du temps de perdu.

Il faut ajouter à cela une erreur tactique de ma part : programmer m'amuse. Ainsi, alors que pour le commun des mortels le travail se doit d'être pénible, il m'est souvent arrivé de faire mon boulot simplement par plaisir. (Certes pas tout le temps non plus)

J'ai une fois tenter de convaincre ma famille de l'importance de mes heures passées assis sur ma chaise en chiffrant un site internet que j'avais créé pour eux. En comparant les prix du marché et en sous-estimant grandement la technologie employée dans mon code, je suis arrivé à un petit millier d'euros.
Une certaine incrédulité a accueilli mon estimation et il m'a été impossible de leur faire entendre qu'il s'agissait de la valeur réelle, voire même très sous-estimé, de ce que j'avais produit.

En tapant sur mon clavier durant des heures, je parviens à créer autant de valeur qu'un bijoutier taillant des pierres précieuses ou qu'un ouvrier travaillant des semaines à la chaine. Mes créations valent plus d'argent dans les milieux professionnels que votre sèche-cheveux, votre télévision ou même parfois votre voiture.

Mais comme je m'amuse, ça ne compte pour personne.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

papu (Passant) ·  19 décembre 2008, 18:19

Problème de vocabulaire sans doute. "Pianoter sur mon ordi" laisse partir l'imaginaire commun sur une idée de jeux d'amusement.
Il faut dire : travailler sur mon ordinateur, s'affirmer sur le mono-rail cérébral du boulot de monsieur lambda.

Peut etre également revoir l'horloge interne et les rouages de la machine Khaos (cette suggestion se faisant prosterné face contre terre,en implorant ton indulgence) avec un coef +1,5.
A 5 ans, pour écrire des codes sources il faut lacher son pouce, délaisser la tétine et se mettre debout sur le tabouret.
Khaos toi qui compte pour beaucoup (de personnes) ne serait tu point né à 2 ans ?

KannTo (Fanatique) ·  30 décembre 2008, 14:33

Voilà un pan de ton enfance qui m'en bouche un coin :O ...
Mais à quel âge as-tu donc commencé à lire 8O ?

Par ailleurs, mais je pense l'avoir déjà évoqué, pourquoi ne montes-tu pas ta boite ? Depuis que je te connais et d'après ce que tu livres dans ces pages, tu sembles avoir tout ce qu'il faut pour réussir une entreprise personnelle ... :razz:

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite