Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jolie petite histoire

Il y a presque fort longtemps, dans un pays tellement loin que les américains ne savent pas tous le situer sur une carte, vivait un homme appelé Bluitgen.

Et Bluitgen était très embêté. Non pas, comme on pourrait le croire parce qu'il avait un nom très compliqué, car tout le monde dans son pays avait aussi un nom très compliqué, ni même parce que son pays était loin puisque finalement pour lui il n'était pas si loin que ça.

Non, Bluitgen était embêté parce qu'il avait écrit un livre.

C'était un livre qui s'adressait à tous les petits enfants du monde. Enfin surtout des enfants de son pays parce qu'il contenait des mots aussi compliqués que son nom que seuls les gens de chez lui arrivaient à comprendre. Un livre qui racontait l'histoire d'un homme très sage et très respecté ayant vécu plein d'aventures. Il parlait avec des anges et devenait aussi une sorte de roi.

Mais Bluitgen ne savait pas dessiner. Alors pour son livre il avait besoin de quelqu'un qui lui dessinerait une jolie couverture qui plairait aux enfants avec l'homme très sage et très respecté dessus.

Il demanda donc autour de lui si un dessinateur voulait bien faire sa couverture.

Hélas personne ne voulut.

En effet, les dessinateurs avaient peur d'un groupe de gens appelés "extrémistes islamiques". Ce groupe ne voulait pas que l'on dessine l'homme très sage et très respecté. Pour eux, c'était très mal de faire ça et ils étaient prêt à tout pour empêcher que cela se produise.

Alors Bluitgen alla voir son ami Rose et lui dit : "Ce n'est pas juste, j'ai écrit un livre sur l'homme très sage et très respecté pour que tous les enfants puissent connaitre son histoire et à cause des extrémistes islamiques personne ne veut me dessiner une couverture."

Rose réfléchit et lui dit : "Tu as raison ce n'est pas juste. Voilà ce que l'on va faire. Je vais demander à plein de dessinateurs de faire des dessins qui se moquent des extrémistes islamiques. Comme ça ce groupe ne t'embêtera plus et personne n'aura plus peur d'eux car tout le monde verra à quel point ils sont ridicules"

Aussitôt dit, aussitôt fait, il arrive à convaincre douze dessinateurs de lui faire des dessins pour se moquer des extrémistes islamiques. Des dessins pour que tout le monde se disent que les extrémistes islamiques sont vraiment ridicules et pour que plus personne n'ait peur d'eux.

Ensuite Rose se félicite de son action et reprend son travail, fier d'avoir contribué à un avenir meilleur.

6 mois plus tard, les douze dessins se retrouvent copiés dans le journal d'un autre pays, un pays un peu moins loin puisque les américains savent que globalement il est "du coté droit de la carte" et surtout un pays avec des noms beaucoup moins compliqués. D'ailleurs le journal en question s’appelait Charlie, ce qui prouve que les noms ne sont pas compliqués du tout dans ce pays.

Seulement voilà, dans ce pays, même si les noms sont simples, le groupe des extrémistes islamiques parlent beaucoup beaucoup plus fort que les autres. Et du coup, les dessins ne suffisent pas à empêcher les gens d'avoir peur.

Alors du coup, pour éviter d'avoir des ennuis avec le groupe des extrémistes islamiques, les gens se mettent à dire que les dessins ne sont pas gentils du tout et que ce n'est pas bien de les avoir dessiné. Forcément ils disent aussi au journal Charlie que, même si ce n'est pas lui qui les a dessiné, ce n'est pas bien de les avoir recopié, que ça va vexé plein de gens, surtout les extrémistes islamiques.

Plein de disputes éclatent alors et finalement Charlie se retrouve, un an plus tard, devant un juge pour avoir recopié les dessins.
Le juge qui, comme tout le monde, a peur des extrémistes islamiques, écoute les arguments de tout le monde mais finit par punir Charlie pour avoir recopié les dessins, alors que Charlie lui c'est son métier de faire ça.

Finalement tout le monde finit par oublier tout ça, sauf Rose, le copain de Bluitgen, qui n'a pas réussi à changer le monde comme il le voulait et à faire que les gens n'aient plus peur des extrémistes islamiques.

Mais lui non plus il ne dit plus rien parce qu'il a peur aussi maintenant.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

tsuki_c (Fanatique) ·  09 février 2007, 09:24

on ne donne à ses ennemis que l'importance que l'on veut bien leur donner... malheureusement on leur donne trop d'importance et par conséquent de pouvoir !

sandokan (Habitué) ·  09 février 2007, 16:30

Venant d'un pays où j'ai vu naitre l'extremisme, je le compare à ce bouton noire qui nait sur sa peau: au debut, il est tout petit, on dit c'est pas grave, c'est juste inesthetique. Puis il grandit, on dit c'est pas grave, il me gratte mais cela ne vaut pas la peine de voir le docteur. Maintenant,on se retrouve alité dans un hopital ,touché par une maladie incurable et on se dit: mon dieu qu'on est con, on aurait pu s'en occuper à temps. L'histoire est jalonné d'episodes d'extremistes ayant defié le monde, et le monde continue à les regarder, les bras croisés, en se disant, cela n'arrive qu'aux autres...

brahim azizi (Passant) ·  05 août 2007, 21:01

bravo

brahim azizi (Passant) ·  05 août 2007, 21:03

:D LOL LOL :| ;)

beautifullmind (Passant) ·  11 octobre 2009, 02:55

une autre maniere de voir les choses!! :)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

psychonauts.jpg

Psychonautes

Parmi l'inépuisable concert de voix qui compose la légion de cet être qui, à n'en pas douter, est...

Lire la suite

white_lemming.jpg

En pleine lumière

L'homme politique a ceci de commun avec le marketeux, le religieux et le lemming des toundras de...

Lire la suite