Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

5 minutes : Jade

8h55, bar du coin de la rue

"Soyez gentille et enlevez-moi cette tasse qui ne m'est certainement pas destinée, j'ai commandé un cappuccino pas un reste d'eau usée"

Jade prononça ses mots avec son habituel ton de commandement. Un ton peaufiné aux cours de longues années de lutte pour gravir les échelons d'une hiérarchie qui n'acceptait les femmes que dans la mesure où celles-ci pouvaient être plus froides et dirigistes encore que les hommes.

Un ton qui déclenchait une soumission instinctive. Sans même avoir le temps de s'en rendre compte la serveuse s'excusa aussitôt et emporta le café.

Toute autre réaction aurait déclenché un torrent de remarques acides et insultantes. Car Jade avait détesté la serveuse à l'instant même où celle-ci était apparue dans son champ de vision.

Jade avait appris durement, et après de nombreux échecs, à parfaire son apparence autant que ses compétences. Car le monde des hommes ne lui imposait pas uniquement d'être efficace, il lui fallait également être désirable. Ce double fardeau était le prix à payer pour une carrière prestigieuse. Pour être au dessus des gens normaux, pour être supérieure.

Que cette serveuse soit à même d'égaler ses efforts de perfection physique par la seule vertu de sa jeunesse lui était insupportable.

Il lui restait toutefois la satisfaction de constater que la demoiselle ne risquait guère de devenir plus qu'une simple serveuse vu sa faible intelligence. Sa plus grande espérance dans la vie serait sans doute de rencontrer un riche imbécile qui la prendrait pour femme et potiche, voire de pondeuse le moment venu.

Jade jeta un bref coup d'oeil à sa montre et manifesta tous les signes d'une impatience grandissante. Qui sait, peut-être le patron de ce minable café s'en apercevrait-il et en rejetterait la faute sur la petite dinde.
Elle repoussa cependant cet espoir dans un soupir : Il était évident qu'il se contrefichait de sa clientèle. Il l'avait plus probablement embauchée pour la sauter sur son temps libre.

Suite à un second regard à sa montre, elle chercha la serveuse du regard. Après tout, elle était réellement pressée. De nombreux rendez-vous importants l'attendaient aujourd'hui et elle ne pouvait se permettre d'être en retard, surtout à cause d'un simple café et d'une serveuse incompétente.

Jade finit par l'apercevoir : elle était près du comptoir en train d'écouter un homme avec attention. Ce dernier était quelconque selon ses critères mais la serveuse semblait boire ses paroles avec un air bovin.

"Sans doute son dernier prétendant en date" pensa Jade.

Dégoûtée elle porta son regard sur les clients du café.
Elle eut un sourire en coin lorsqu'elle vit qu'un jeune couple semblait se disputer à l'autre bout de l'établissement. Ils venaient sans doute de se rendre compte de la somme des défauts de leur partenaire. Elle espéra qu'ils n'avaient au moins pas fait l'erreur de se marier avant, mais en douta fortement.

Plus près d'elle, son regard accrocha un homme dégarni qui fouillait dans ses poches. Vu son apparence, Jade décida qu'il devait être un clochard quelconque ayant choisi de se réchauffer ici. Il était probablement en train de chercher de quoi se payer un remontant.

Un reflet gris intrigua alors Jade : Le clochard semblait porter quelque chose sous son manteau. Une sorte de grosse ceinture...

Un frisson glacé lui parcourut soudain la colonne vertébrale tandis que la véritable nature de ce qu'elle avait sous les yeux lui apparaissait clairement : L'homme portait une bombe sur lui.

"Garde ton calme, se tança Jade, inutile de paniquer. Il te suffit d'appeler la police"

D'un air détaché, elle tendit donc la main vers son téléphone portable qui ne la quittait jamais.

C'est alors que le clochard leva la tête.

Il venait de sortir de sa poche une sorte de télécommande, le détonateur sans doute, lorsqu'il se mit brusquement à la fixer droit dans les yeux.

La main de Jade s'en trouva paralysée. Pourquoi la regardait-il ? Avait-il senti qu'elle l'observait ? Avait-il compris ce qu'elle allait faire ?

Leurs yeux restèrent plongés l'un dans l'autre pendant ce qui sembla une éternité à Jade puis l'homme se concentra de nouveau sur son détonateur.
Réprimant un soupir, la main de Jade atteignit finalement son téléphone et elle s'empressa de composer le numéro.

Mais elle se rendit soudain compte que la police ne serait jamais là à temps.
L'homme venait de se lever et avait posé son doigt sur le détonateur.

Il était trop tard.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

tsuki_c (Fanatique) ·  24 août 2006, 15:18

palpitant !!!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Notification

Une nouvelle notification chasse la précédente sur l'un de mes écrans. Un tweet de France Info...

Lire la suite