Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La pochette noire

Le lecteur attentif aura remarqué qu'hier mon blog a reçu un apport dans la section recueil. Ces textes, que j'avais pour la plupart complètement oubliés, sont issus d'une pochette assez spéciale.

Il s'agit d'une pochette entièrement noire. Sur le devant, au milieu, on peut y lire en écriture argentée "More than a machine". Il s'agit sans doute d'un slogan pour une publicité quelconque dont je ne me rappelle plus mais comme il s'agit de l'unique ornement de la pochette, je ne sais absolument pas de quoi il s'agit.

Reste les mots qui me plaisent beaucoup.

Dans cette pochette, se trouve quelque chose que les jeunes d'aujourd'hui ne connaissent probablement que très peu : du papier.

On distingue deux grandes catégories de papier. Il y a tout d'abord des lettres rédigées d'une main féminine. Car "de mon temps" les e-mails et les sms n'étaient pas vraiment tendance et il était bien plus fort d'échanger des mots sur papier, généralement imprimé de couleurs et de motifs indubitablement qualifiable de "ringard" de nos jours.

Et puis il y a une deuxième catégorie de papier, dont sont les issus les textes d'hier. Certains textes sont largement espacés, d'autres sont écrits si serrés que la feuille apparat plus bleue que blanche. Mais il ont tous un même point commun...

Afin que vous puissiez juger vous-même, voici un exemple de ces feuilles :

textes.jpg

Oui ce n'est pas écrit en alphabet latin. Si vous observez bien, c'est même écrit de droite à gauche. Voilà donc à quoi ressemble à l'origine la plupart des textes de ma section recueil. Au fil du temps j'ai retranscris certain en alphabet latin mais pas tous et, à ma propre surprise, il en reste encore de nombreux que je n'ai jamais publié sur ce blog.

Bien sûr il n'y a pas que des poèmes ou des proses. Il y a aussi des pages un peu plus particulières comme cette feuille remplie intégralement de runes signifiant "tictactictactictac..." ou bien des feuilles comme celle présentées plus haut en image qui contiennent des pensées écrites "sur le vif" et sans vraiment queue ni tête.

A titre d'exemple voici un paragraphe (qui ne provient pas de la feuille en image, je ne souhaite pas vous donner une clé de traduction...) écrit sur ce principe :

"Je suis un château de cartes. Un jour il ira trop haut et je mourrai en tombant. Je cherche prétentieusement à être remarquable. Système instable. Je suis fou. J'ai tué. Je suis sage. J'ai aidé."

Il y a aussi des dessins qui reviennent souvent. Des yeux des chats associés à un sourire moqueur où pointe des canines affûtées (réalisé hélas de manière très moche, je ne suis pas vraiment doué dans ce domaine). Je pense que mes lecteurs fidèles reconnaîtront le concept derrière ce dessin (et oui, il remonte à loin).

C'est donc dans ces pages, débordante de mes joies adolescentes, que s'est formé celui que je suis aujourd'hui. C'est ma genèse en somme.

Et elle est dans une pochette noire.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Schlough (Actif) ·  22 juin 2006, 09:25

on en apprend des choses sur khaos...

Gabrielle (Ami) ·  23 juin 2006, 00:33

Oui, est c'est assez spécial... (j'ai pas osé dire "chaotique", mais...) En tous cas bigrement intéressant.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Pourquoi je vais bien ?

Alors que plusieurs de mes amis font de réguliers allers-retours en soin psychiatrique, que les...

Lire la suite

filament.jpg

Le dilemme du hérisson

Une main sur le clavier, l'autre sur la souris. Le regard dans le vague. Au delà des écrans qui me...

Lire la suite