Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Histoire d'eau

pluie.jpgC'est un rêve. C'est évident.
Les rêves, c'est toujours évident. Surtout après. Mais pas avant que le coq n'ait chanté.

Nous sommes dans une chambre de la maison de mon enfance. Tout le monde est là : Mon père, ma mère, mes deux sœurs et moi.

Nous sommes en train de ranger nos affaires dans les valises, nous partons.

Il règne un parfum de fin de vacances. Vous savez cette atmosphère étrange que l'on ressent lors d'un dimanche agréable et ensoleillé, lorsque l'on sent confusément le lundi qui approche, encore lointain mais inéluctable.

Mes parents discutent. De projets sérieux d'adultes. Sans chuchoter mais à mots couverts pour que nous ne puissions pas les comprendre. Eux ont déjà la tête au travail.

Au milieu de la chambre il y a un lit, mais parce que c'est un rêve il y a aussi une table avec une bougie. Ces petites bougies blanches et plates cerclées de gris. Elle est allumée là sur les carreaux de la table. Ou du sol. Peu importe.

Au dessus d'elle, il y a un robinet. Il s'ouvre et l'eau en tombe en pluie de gouttes comme d'un pommeau de douche. C'en est peut-être une d'ailleurs. Peu importe.

Le bruit de l'eau frappant les carreaux emplit l'espace tandis que j'observe les gouttes qui tombent et rebondissent, sautillent dans tous les sens tels des grêlons.

La bougie a été éteinte et balayée par cette cascade. D'ailleurs on ne la voit plus. Il ne reste que le spectacle de cette furieuse et bondissante pluie de gouttelettes.

Mon regard se porte sur le coté, là où quelques gouttes ont finis leur course sur le carrelage. Immobiles jusqu'à ce qu'une autre tombe tout près, qu'elles glissent, se touchent et ne forment plus qu'une.

Je sens que je pourrais contempler la danse de l'eau pendant une éternité.

Et puis je vois alors ton visage, à coté de moi, à quelques centimètres du moi. Un amour immense me submerge. Une sensation que les mots peinent à reproduire.
Lorsque cette amour s'empare de moi, il n'y a plus rien d'autres. Mon cœur déborde, explose, m'illumine de l'intérieur.

Nous regardons tous les deux la cascade de gouttelette tandis que le puissant bruissement se poursuit.

Au delà de ce voile d'eau, le monde semble s'être arrêté. Les personnages ne bougent plus, ils sont lointain, indistincts et immobiles.

Alors d'une voix douce je te dis qu'ici se trouve le bonheur. Dans cet espace où le temps s'est figé entre deux secondes.

Et nous savourons cette éternité éphémère en sachant que l'univers reprendra son cours. Bientôt, mais plus tard.

L'amour et la paix nous bercent, alors que les aiguilles s'apprêtent à reprendre leur course folle.

Puis les rires de ma fille me réveillent. Une nouvelle journée commence.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Notification

Une nouvelle notification chasse la précédente sur l'un de mes écrans. Un tweet de France Info...

Lire la suite