Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'activisme ou l'art de faire pareil que le camp d'en face

botzaris.jpgCes temps-ci je m'égare un peu partout sur la Toile grâce à un récent ajout, désordonné et divers, de contacts sur Tweeter.

C'est l'occasion de découvrir plein d'histoires, plus ou moins drôles, et d’événement dont je n'aurais probablement jamais entendu parler autrement (quand bien même la télévision en aurait parlé. Je la regarde trop peu pour ça.)

La dernière en date s'appelle (sur Tweeter) #Botzaris36

Mais de quoi s'agit-il donc ?

Pour les déconnectés, voici un résumé extrêmement simple (et simpliste bien sûr) de la situation : des squatteurs ont été expulsés d'un immeuble situé au 36 rue Botzaris à Paris.
La période de la trêve hivernale n'étant pas pour tout de suite, cette expulsion s'est passé dans l'indifférence totale des autorités de la capitale (qui doivent en voir un paquet d'autres par semaine, si ce n'est pas jour)

Voilà, c'est tout. Et c'est bien sûr déjà trop lorsqu'on est un minimum humaniste : savoir que des gens se retrouvent à dormir sur le trottoir sans que personne ne fasse rien est toujours lamentable.

Mais il y a pire : lorsque des gens se retrouvent à dormir sur le trottoir et que des activistes s'en mêlent.

En effet, par un concours de circonstances, l'ancien président du Parti Pirate, Paul Da silva, s'est retrouvé à vivre cet événement de l'intérieur.

Il était là dès l'expulsion et à choisi de les soutenir, non pas au nom de son ex-parti, mais tout simplement en tant qu'être humain face aux injustices du monde. C'est, en soi, un acte généreux et concret puisqu'avec quelques autres ils ont décidé de vivre l'épreuve des nuits à dormir dehors avec les expulsés.

Là où le bat blesse c'est lorsque l'acte de soutien généreux s'est transformé, sous l'effet probable de la fatigue et de l'émotion, en croisade pseudo-politique et paranoïaque.

Car, fort de ses combats précédents, Paul Da Silva n'a guère tardé à échafauder diverses théories, à esquisser des responsables potentiels et à soupçonner des agendas cachés.

L'immeuble appartient au réseau de l'ex-dictateur Tunisien, des documents compromettants pourraient s'y trouver, les pouvoirs publiques ne semblent pas pressés d'agir, etc...

Au fil des tweets on voit progressivement s'installer les mécanismes d'un grand classique psychologique : la fameuse théorie du complot.

Et qui sait, une partie des hypothèses de Paul Da Silva sont peut-être justifiées (Note : Je base mon analyse essentiellement sur Paul car c'est tout simplement le seul de mes contacts tweeter qui parle de l'affaire, et il tweete BEAUCOUP ce qui facilite le suivi, mais il est probable qu'avec n'importe quelle autre personnalité engagée politiquement l'analyse aurait été identique ;) ) mais le problème n'est pas là.

Le problème c'est que tout ceci n'a rien à voir avec la choucroute.

Que l'immeuble soit empli de documents mystérieux, que l'expulsion soit politique, qu'elle ait été commanditée par des réseaux pro-dictateur ou même que le 36 Botzaris ne soit rien d'autre en fait que l'équivalent français de la zone 51, on s'en tamponne l'oreille avec une babouche.

En tant qu'ingénieur on m'apprend à trouver des solutions pas des responsables, et là je constate que le problème à résoudre est celui de l'hébergement et de la régularisation de dizaines de tunisiens sans-papiers (vraisemblablement réfugiés politiques).. et rien d'autre !

Partir dans des attitudes mégalomane (Représentant auto-proclamé), autoritaire ("Vous, je ne veux pas vous voir là"... bon ok il s'agissait de scientologues, mais tout de même), voir même paranoïaques ("Des inconnus bizarres me regardent bizarres en parlant arabes entre eux = on en veut à ma vie"), semble totalement contre-productif pour faire avancer les choses.

Alors certes, c'est toujours plus facile quand, comme moi, on est loin de l'action, on ne se prend pas l'émotion en plein visage, on peut plus facilement réfléchir de manière raisonnée. Je gage qu'à sa place, je ne serais sans doute pas plus posé. (Quoique, j'ai déjà affronté plus dur)

Mais, par pité, si quelqu'un veut aider ces tunisiens : Qu'il le fasse BIEN. (En faisant le tour des recours juridiques, des associations spécialisées,.. et en comprenant que, aussi horrible cela puisse paraître, toute action sera lente)
Et surtout qu'il ne le fasse pas à la manière des activistes politiques, en créant de l'agitation, du stress, de l'énervement, de faux espoirs et de faux responsables corrompus.

C'est une règle absolue de l'activisme (que je m'étonne d'ailleurs, qu'elle soit aussi peu connue) : une action activiste n'a pas pour vocation à aider les gens impliqués dedans, elle a pour vocation de les transformer en martyrs pour que la fois SUIVANTE on puisse aider les gens.

Et personnellement, je ne vois pas l'intérêt de transformer ces pauvres tunisiens en martyrs. Ils ont déjà traversé suffisamment de galères.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

MsTeshi (Passant) ·  01 septembre 2011, 06:03

Bon, là je vais intervenir ...

Paul est arrivé bien après moi, et effectivement, je peux te jurer qu'à l'intérieur il y avait des trucs compromettants ...
Cf une des vidéos que j'ai tourné quand moi-même ( hé oui, monsieur ) j'étais avec les migrants bien avant qu'ils ne soient expulsés :

http://vimeo.com/26106041

J'ai aussi des photos ( flemme de les balancer ici )

Par contre, pour en revenir à Paul ... Il a bien des défauts. Mais aussi des qualités.
Nous sommes en froid en ce moment. Enfin, en froid, oui et non.
A la limite osef, ce n'est pas cela qui va m'empêcher de vivre.

Mais il faut savoir que c'est un brave mec au fond. J'ai d'ailleurs été très étonnée de voir qui était ce type pour de vrai après avoir suivi tout le bordel qu'il y avait eu suite à sa démission.
Et puis, dormir une semaine dans un parc avec un mec, ça laisse toujours de bons souvenirs - même si celui-ci te traite ensuite de sociopathe alors que tu aurais pu le laisser pioncer dans un buisson un certain soir quand on le cherchait. ( Chercher la définition de sociopathe sur les InternetZ )

http://www.botzaris36.org/2011/06/n...

Allez @+

MsTeshi (Passant) ·  01 septembre 2011, 06:04

Ha oui ... Concernant les solutions légales, c'est en cours depuis longtemps ... ;)

MsTeshi (Passant) ·  01 septembre 2011, 06:09

http://lepuzzle.eu/2011/06/23/une-j...

Non, je ne te spamme pas LOL

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  01 septembre 2011, 08:53

Ce billet est issu d'une analyse (à chaud) des tweets de Paul (à chaud eux aussi).

L'essentiel de ma critique repose donc sur l'image qu'il renvoyait à travers twitter (et non sur la réalité de ses actes, car je suppose quand même qu'il n'était pas aussi con sur le terrain qu'il en avait l'air sur le net).

Et, à mon grand regret, cette image était bien la suivante : C'est moi le chef, c'est moi qui gère, je suis détenteur de secrets terribles et on en veut à ma vie.

Étant un peu plus âgé que vous, et ayant donc vécu pas mal de situations militantes, (sans compter que je suis moi-même un parfait mégalomane) je sais reconnaître une grosse exagération égocentrique quand j'en vois une ;)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Vos clés (physiques) ne sont pas en sécurité sur Internet

Comme vous le savez sans doute, je travaille dans (et suis passionné de) la sécurité informatique....

Lire la suite

L'histoire drôle du malware WannaCry

Comme Twitter n'est parfois pas très pratique pour développer un sujet et que je trouvais l'histoire...

Lire la suite