Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ce que m'a appris Organ Trail

zombies.jpgThe Oregon Trail est un jeu sorti en 1971 et utilisé dans les écoles américaines pour éduquer les enfants sur la vie des colons du 19ième siècle.

Sauf que ce n'est pas de ce jeu dont je vais vous parler aujourd'hui mais de sa parodie zombie : The Organ Trail

It's the end of the world

Le principe est fort simple : C'est l'apocalypse, plusieurs bombes nucléaires ont éclatées et pour couronner le tout il y a des zombies partout.

Votre mission est de parcourir en voiture tous les Etats-unis, depuis la cote Est jusqu'à la cote Ouest, en compagnie de 4 autres personnes.

L'essence, la nourriture, les munitions et bien sûr les kits médicaux seront autant de ressources qu'il vous faudra trouver, échanger et rationner.

Le jeu est disponible un peu partout (Facebook, Android, ...) mais inutile de chercher, vous pouvez y jouer directement en cliquant ici

Serious Game

Mais parce que son statut de parodie ne le rend pas moins intéressant, j'ai retenu de mon unique partie (Tout le sel du jeu tient dans la découverte, c'est moins drôle si vous êtes préparé) plusieurs leçons utiles.

  • "Quoi qu'il arrive le Dollar vaincra"

Ma première remarque concerne moins le jeu que ses créateurs eux-même. Il est en effet possible durant tout le jeu (enfin dans les villes) d'acheter des choses. Autrement dit, en pleine fin du monde la monnaie existe toujours et n'est pas devenue le simple bout de papier sans valeur qu'il est fondamentalement.

Je ne sais pas s'il s'agit d'une volonté réelle des créateurs pour renforcer le coté parodique ou bien s'il s'agit d'un simple ajout involontaire mais dans ce dernier cas cela en dit long sur l'ancrage des philosophies capitalistes dans les mentalités.

Croyez-moi sur parole : Si l'apocalypse arrive, vous aurez bien mieux à faire qu'empiler des liasses de billets. :rolleyes:

  • "Seul, on avance plus vite"

En début de partie, vous gérez un groupe de 5 personnes (le leader + 4 autres). Et vous vous apercevez bien vite qu'entre le rationnement et les maladies, vous n'avez pas le temps de vous ennuyer ! Ce petit monde pille vos réserves, passe son à attraper tous les microbes qui traînent et grosso modo sont une source perpétuelle d'ennuis.

Alors au début, vous essayez de faire au mieux, vous provisionnez, vous gérez, vous acceptez des trocs complètement défavorables, pour assurer la survivance de tous ces boulets... Et puis finalement ils commencent à mourir.

Et soudain le jeu devient bien plus facile ! En fait les mécanismes du jeu sont vite évidents : pour avancer de manière efficace, il vaut mieux tous les tuer très vite (heureusement on a l'option pour le faire soi-même quand on veut sans attendre l'excuse d'une maladie :evil: )
Si je devais recommencer une partie, ce serait la PREMIÈRE décision que je prendrais !

  • "Crève Toto4 !"

Quand vous commencez, vous donnez un nom au leader de votre groupe (généralement là vous allez avoir tendance à mettre le votre. ...Non ne niez pas ! ;) ) et ensuite, sur un second écran (je soupçonne que ce n'est pas totalement innocent), vous devez remplir le nom des 4 autres personnes.

J'imagine qu'une bonne partie d'entre vous va alors logiquement y mettre des noms issus de votre famille ou de votre cercle d'amis. C'est une grave erreur !

Ben oui car c'est l'apocalypse les enfants ! Et s'il y a bien une chose à NE SURTOUT PAS FAIRE lors d'une apocalypse (surtout la variante avec zombies) c'est créer des liens affectifs.

Ça rejoint en fait la leçon précédente, les mécanismes du jeu sont à l'évidence fait pour favoriser la survie en solo. La décision la plus rationnelle est donc de se débarrasser au plus vite de tous les autres.
Mais voilà, si l'un d'entre eux à le même nom que votre moitié, votre enfant, votre meilleur(e) ami(e), vous allez tout à coup créer un lien affectif et je peux vous garantir qu'il va se produire un moment dans le jeu où vous allez prendre une décision irrationnelle qui vous mettra en difficulté.

Et pourtant il ne s'agit que d'un jeu et des lettres sur un écran. Mais notre cerveau est un farceur dès qu'il s'agit du cœur.

Essayez vous verrez !

  • "You are dead"

Cette dernière leçon, dont je ne sais pas vraiment si elle est attribuable à un bug ou une inattention de ma part, est sans doute ma préférée.

En effet, après avoir parcouru environ les 2/3 du trajet et appris, à la dure, les leçons précédentes, j'ai fini par évoluer dans des conditions plutôt confortables. Ma nourriture était abondante et j'avais bien assez d'essence pour faire une bonne partie des kilomètres restants sans m'arrêter. Tout semblait aller pour le mieux lorsque soudain... je suis mort.

Comme ça, sans avertissement.

Et cette leçon là est la plus importante de toute : Quoi que vous fassiez, quelques soit votre age, votre santé, vos craintes ou vos barrières de sécurité, la mort vous prendra toujours par surprise.

Toujours.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:


À Voir Également

cadenas.jpg

Sans contact

Mon smartphone c'est un peu l'équivalent personnel de la caisse à outils de mon grand-père : il y a...

Lire la suite

vieu_livre.jpg

Comment faire pour sauver (vraiment) votre librairie ?

A l'occasion de la totalement nocive loi "anti-Amazon", j'ai eu l'occasion d'exprimer sur...

Lire la suite