Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le Fauve : Chapitre VI (suite 2)

"- Ainsi tu m'as suivi jusqu'ici, Vlad. S'étonna le Fauve à travers la voix du seigneur Kannto. Tu m'avais caché ton contrôle sur la magie du temps.
- Je t'ai caché beaucoup plus de choses que tu ne l'imagines Fauve, répondit le mage Vlad Wesley. Tu n'es pas aussi puissant que tu te plais à le croire.
- Vraiment ? Pourtant selon tes propres plans, tu étais censé me détruire dans ton bureau pendant que je choisissais mon nouvel hôte. Et non content d'avoir échoué une première fois tu te présentes devant moi blessé et affaibli. Penses-tu vraiment pouvoir m'anéantir dans ton état ? A l'évidence, toi aussi tu te sur-estimes."

Telle une marionnette, le corps de Kannto tourna alors la tête sur les ordres du Fauve et observa Arille.

"- Je vois que tu n'es pas venu seul. S'agit-il d'une offrande pour demander mon pardon ou bien de ta garde-malade pour t'aider à tenir debout ?"

D'instinct Arille réagit à l'insulte en envoyant sa lame. Le Fauve esquiva si vite qu'elle ne le vit même pas se déplacer. Un instant plus tôt sa tête se trouvait dans la trajectoire et l'instant d'après la lame s'enfonçait dans le bois de sa chaise.

Comme s'il se fut agit d'une plaisanterie, le Fauve se mit alors à rire.

"- Cette fille me plait beaucoup, dit-il.
- Je sais, répondit le mage, tu me l'a déjà dit.
- Oui c'est vrai. Ce bon vieux temps où nous ne faisions qu'un. Il m'arrive parfois de le regretter mais il faut bien l'avouer tu étais devenu très ennuyeux. Si encore tu avais eu peu de gout en matière de femme, dit-il avec un clin d'oeil à l'attention d'Arille, j'aurais peut-être pu te supporter quelques années de plus.

Sur ces mots, il rit de nouveau.

- Alors... non ne me dit rien, laisse-moi deviner. Afin d'accomplir ton plan, tu comptais sur mon gout pour la nouveauté. Tu pensais me faire quitter mon corps en me présentant cette jeune demoiselle. Dis-moi au moins si je chauffe.

Tout en parlant, le Fauve se leva. Sa voix enflait prenant des accents de haine.
Il s'approcha lentement de Vlad, sa main descendant vers la garde de son épée.

- Et comment comptais-tu m'empêcher de la posséder ? Ou mieux de TE posséder ? Tu n'as même pas la force de tenir debout, dit-il avec des éclairs dans les yeux, ta magie te quitte. Je pourrais même rester dans ce corps et en finir avec toi une bonne fois pour toutes.
- Tu oublies quelque chose Fauve, dit Vlad avec calme. Je n'ai pas traversé le temps les mains vides."

Puis, se tournant vers Arille, il lui lança : "Maintenant ! Ouvre la boite !"

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

tsuki_c (Fanatique) ·  17 mai 2006, 11:50

palpitant !

eguemarine (Ami de toujours) ·  17 mai 2006, 14:50

c'est trop dur d'attendre...8-)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

La dernière nuit

Georges contemplait le ciel. En tous cas c'est dans cette direction que se portait son regard même...

Lire la suite

Bonjour Toi

Peut-être à cause d'une soudaine fatigue, peut-être à cause d'un trop plein d'émotions à...

Lire la suite