Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

3, le tigre, chapitre I

"Honore de tes prières les Choisis, car ils portent en eux la force et l'espoir de l'humanité. Respecte dans ton âme les Choisis, car ils sont autant les armes que les victimes du destin. Protège de ton corps les Choisis, car en tout lieu ils seront traquées sans relâche."
Écrits des moines de l'Ordre de l'Eguemarine

Une pression. Et un léger bruissement se fit entendre tandis que les mécanismes se mettaient en mouvement. Une diode rouge s'alluma. La caméra était prête.

Pour le moment elle filmait un fauteuil confortable mais vide. Son occupant n'était pas encore arrivé.

En face, se trouvait un autre fauteuil, identique, dans lequel l'opérateur de la caméra s'installa. Il était important que l'opérateur et son futur interlocuteur soit traité de manière égale. La position et le style du mobilier y contribuait.

Il était tout aussi nécessaire que les deux hommes soient filmés. Plusieurs méthodologies avaient été testé durant ces dernières années et c'est cette configuration qui s'était avérée la plus efficace jusqu'ici.

La caméra englobant toute la scène plutôt qu'un seul individu permettait de ne pas accroitre inutilement le stress. Personne ne se sentait spécifiquement ciblé. Le bruissement de la cassette se fondait dans l'arrière-plan et au bout de quelques secondes on oubliait complètement cet aspect de l'entretien.

L'opérateur porta la main à son badge sur lequel figurait son nom : "Nikolaï Ivanov". Aucun titre.
Là encore pour conserver autant que possible l'apparence de l'égalité. De toute façon, ils n'auraient sans doute pas tous tenu sur l'étiquette et Nikolaï préférait n'en voir aucun qu'une partie seulement.
Il avait travaillé dur toute sa vie pour les mériter, et à 60 ans il était en droit de se montrer pointilleux sur le respect qui lui était dû.

Mais aujourd'hui, comme toujours lors de ses entretiens, il ne serait que Nikolaï. A la rigueur M. Ivanov. Mais guère plus.
Cela faisait parti du processus.

Il regarda sa montre puis se dirigea vers l'armoire métallique. Il lui restait quelques secondes pour consulter à nouveau ses dossiers. Il se rafraichit rapidement la mémoire sur les éléments clés car lorsque son interlocuteur arriverait il ne devrait rien conserver sur lui.
Le dossier était lui aussi une source potentiel de stress.

La gestion du stress. Voilà où résidait toute la difficulté de ces entretiens. Car la sensation d'agression était totalement subjective et chaque personne plaçait la barre différemment. Pour certains il fallait éviter les questions trop intimes, pour d'autres c'était la couleur bleu qui était à proscrire.
Au delà de quelques éléments simples comme l'égalité de traitement ou la non-présentation du dossier, il était impossible de réellement établir une charte complète de ce qu'il fallait faire ou non.

Seul un contact prolongée avec la personne le permettait, et c'est bien pour cela que Nikolaï aimait son métier.
Comprendre les rouages, la plupart du temps tortueux, d'esprit fondamentalement différents du sien était un exercice gratifiant. Il y avait là une combinaison de défi, d'énigme à résoudre, de territoire inconnu à explorer qui satisfaisait sont intellect.

Alors qu'il reposait le dossier dans l'armoire, on frappa à la porte.

"Entrez" dit-il.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Izusa Lakota (Ami) ·  11 mars 2010, 11:45

L'entrée était bonne, je prendrais bien un plat de résistance maintenant... LOL

KannTo (Fanatique) ·  11 mars 2010, 17:50

"Au bout de quelques centièmes, une diode rouge s'alluma. La caméra était prête" > Je pense qu'il manque un "de seconde" qui manque. Mais si je peux me permettre, "Une diode rouge s'alluma" semble suffisant :)

"Là encore pour conserver autant que possible l'apparence de l'égalité. De toute façon, ils n'auraient pas sans doute pas tous tenu sur l'étiquette et Nikolaï préférait n'en voir aucun qu'une partie seulement." > il y a un "pas" en trop et, je suppose, un "qu'une partie seulement" qui n'a pas été supprimé! :)

"Il se rafraichit rapidement la mémoire sur les éléments clés car lorsque son interlocuteur arrivera il ne devra rien conserver sur lui." > Pour la concordance des temps, j'aurais mis :" (...) car lorsque son interlocuteur arriverait il ne devrait (...)

Voilà, mais sinon, j'aime beaucoup le break avec le précédent chapitre (Ca pose cet écrit dans l'univers du Fauve en tant que Roman : c'est cool :D ).

Et je suis sincèrement curieux de savoir qui est ce Monsieur Ivanov et ce qu'il vient faire dans le Fauve (encore une bonne accroche :) )

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  11 mars 2010, 18:06

Je te rejoins dans tes corrections (sauf "qu'une partie seulement" qui a bien sa place dans la phrase), ça m'apprendra à écrire vite (tout un chapitre en une seule journée... faut croire que j'étais inspiré !)

Il faut vraiment que quelqu'un me trouve une machine pour transcrire les pensées ! ;)

Izusa Lakota (Ami) ·  12 mars 2010, 10:35

Tu vois Khaos tu t'y prends à l'envers... tu veux que tes lecteurs te réclament tes écrits mais en fait ce sont tes écrits qui font sortir tes lecteurs du bois :rolleyes:

C'est la perspective de me voir me rouler par terre en photo qui t'a motivé ou bien un élan créatif divin ? ;)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Notification

Une nouvelle notification chasse la précédente sur l'un de mes écrans. Un tweet de France Info...

Lire la suite