Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

3, le chat, chapitre V (suite)

Il fallait qu'elle pose la question. Qu'il lui confirme qu'elle n'avait pas imaginé toute la scène.

"Où est-il ?" demanda-t-elle.

Blake prit un air surpris puis sembla soudain comprendre.

"- Richard n'est plus. Il aura fait honneur jusqu'au bout à ses devoirs envers la famille Catherine. Il a fait face à son destin et repose désormais en paix.

- Il n'a pas fait face à son destin, vous l'avez tué." cracha Linda.

Une immense colère sourdait de sa voix. Elle avait soudain envie de hurler, de hurler contre le monde entier et aussi contre le jeune moine. Elle voulait l'insulter, lui crier dessus, le gifler, lui cracher à la figure. Ou mieux : le frapper encore et encore jusqu'à rendre informe ses traits lisses et enfantin.

La colère qui s'amplifiait et l'envahissait sembla réveiller sa douleur à la poitrine et, tout à coup, aussi brusquement qu'elle était apparu, la rage la quitta, laissant Linda confuse.
Elle bouillait toujours intérieurement mais elle n'avait plus ses horribles pensées meurtrières à l'égard de Blake.

Le moine n'avait pas fait un geste ni prononcé une parole. Il avait observé en silence, et avec compréhension, le chaos naitre et disparaitre du visage de Linda.

"- Ce que vous ressentez en ce moment, c'est ce que les moines de l'Ordre de l'Eguemarine, ainsi que la famille Catherine, appellent le "Fauve", expliqua Blake. Il s'agit de... disons, une force qui est transmise de génération en génération dans votre famille.
Nous ne savons pas exactement comment ni pourquoi mais Le dépositaire du Fauve acquiert toutes sortes de dons. Certains se mettent à inventer des choses, d'autres deviennent des athlètes de très haut niveau ou bien encore, comme votre grand-père, se découvre une intuition infaillible pour la bourse. Le Fauve se manifeste de manière très différente selon les individus.

- Je... Je ne me sens pas changé, hésita Linda.

- Le changement n'est pas instantané. Il peut prendre plusieurs heures comme plusieurs jours. Là encore, cela varie selon les individus. Il y a toutefois une chose commune..."

Blake prit un temps de réflexion avant de poursuivre.

"Si vous me le permettez, je peux vous montrer un changement majeur qui touche toutes les personnes possédant le Fauve. Mais je ne souhaite pas vous effrayer, aussi j'aimerais savoir si vous me permettez d'utiliser mon arme."

Linda eut un mouvement de recul qui répondit à sa place.

"Non n'ayez crainte, reprit Blake, il s'agit juste de vous faire une légère entaille. Si vous préférez, je vous laisse la faire vous-même."

Blake sortit alors son arme, un poignard sobre mais manifestement tranchant, et lui tendit.
La voyant hésiter, il eut un petit sourire.

"Vous allez voir, c'est amusant", dit-il pour l'encourager.

Linda prit le poignard que le moine lui offrait apparemment sans défiance. Il n'avait pas l'air de se rendre compte de ce qu'il faisait : Elle pouvait le prendre et le retourner contre lui.
Il était jeune et probablement bien entrainé, mais elle ne doutait pas un instant de pouvoir lui planter dans le ventre sans que Blake ait le temps d'esquisser le moindre geste défensif.

Elle saisit le manche de l'arme et tendit ses muscles. Un mouvement rapide et c'en était fini de cet idiot.

A nouveau une sensation dans sa poitrine dissipa ses pensées. Elle se reprit : elle n'allait pas tuer quelqu'un, encore moins un jeune homme.

Avec prudence, Linda appuya la lame du poignard sur sa paume et se coupa aussitôt. Elle avait sous-estimé le tranchant de l'arme, très affutée, et le coupure était bien plus importante que ce qu'elle aurait souhaité.
La douleur autant que la surprise lui fit lâcher le poignard qui tomba bruyamment par terre.

"- Ne vous inquiétez pas, la rassura Blake, je vous garantis que vous allez trouver la suite amusante."

Alors, sous les yeux ébahis de Linda, la coupure se referma d'elle-même.

En quelques secondes, il n'y eut plus la moindre trace de blessure. Seul le sang indiquait encore qu'elle venait de se couper.

Blake était tout sourire, et apparemment impressionné également.

"On me l'a appris, mais c'est autre chose de le voir en vrai, se justifia-t-il. Vous êtes devenue plus résistante aux petits bobos de ce genre et, d'une manière générale, vous n'avez plus à vous soucier de problèmes de santé.
Voilà. C'est la preuve que le Fauve est en vous désormais."

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

izusa lakota (Ami) ·  22 janvier 2010, 09:17

C'est po drôle... plus on lit plus on en veut, plus on en veut, plus on est impatient et insatisfait...
C'est vraiment po drôle... ;(

Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  22 janvier 2010, 09:38

Faudrait savoir : Quand c'est court, je me fais engueuler. Quand c'est long aussi !

Pas facile de satisfaire les femmes ;)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Notification

Une nouvelle notification chasse la précédente sur l'un de mes écrans. Un tweet de France Info...

Lire la suite