Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

3, le tigre, chapitre III (suite)

Tandis que Säbel poursuivait sa route destructrice, les forces de polices s'organisaient.

Elles avaient noté que le Hummer et son conducteur fou semblait tracer se diriger tout droit vers l'aéroport.
Afin de préserver au mieux la vie de citoyens, la circulation fut interrompue sur l'itinéraire présumé et des barrages se mirent en place.
La police plaça également des snipers en haut des bâtiments.

Il ne leur restait plus qu'à attendre le Hummer de pieds fermes.

Enfin, au détour d'un carrefour, il parvint en vue du premier barrage de police.

Freinant brutalement il stoppa là, à quelques mètres des policiers. L'officier en charge se saisit d'un mégaphone et ordonna au conducteur de descendre immédiatement du véhicule.

Aucun réaction du conducteur.

L'officier contacta les snipers par radio. Ceux-ci ajustèrent leur position, essayant de trouver un angle propice.

Puis l'un d'eux informa l'officier :

"- Monsieur, j'ai la cible en visuel.
- Très bien, que fait-il ?
- On dirait qu'il... parle ?
- qu'il parle ?! il y a un otage ?
- Négatif monsieur, toute mon équipe observe attentivement la voiture. Aucune autre personne ne semble visible. Il parle... tout seul. Et il rit."

Säbel observait avec plaisir le barrage.

"Alors Hans, qu'en penses-tu ? Un peu décevant n'est-ce pas ? Il y a environ... Je dirais une vingtaine de policiers en comptant les idiots qui se cachent sur les toits. Une vingtaine seulement pour le grand Hans Säbelzhan ? Apparemment, personne ici ne semble te prendre au sérieux. Heureusement que je suis intervenu, sinon tu passerais pour un pauvre petit touriste inoffensif."

Un bruit sec. Un impact apparut sur le pare-brise tandis qu'une balle de sniper traversait la poitrine de Säbel, interrompant son monologue.

Ses yeux se fermèrent un instant et son corps vacilla. Dans un mouvement réflexe, il se retint au volant. L'expression de son visage, jusqu'ici radieux, changea :

"Que... où suis-je ?... non... la police... aidez-moi... je ne contrôle... plus mon corps... cette chose... est plus forte que moi... AU SECOURS ! AIDEZ-MOI !"

Mais personne n'entendit Hans car l'officier ordonna d'ouvrir le feu sur le Hummer.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Izusa Izusa (Passant) ·  13 juillet 2010, 12:05

Et bien ! Il y avait longtemps, et comme d'habitude c'est bien court et ça laisse sur sa faim...
Khaos, tu es un horrible bourreau je n'en doute plus une seule seconde ! ;)

Khaos Farbauti Ibn Oblivion Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  13 juillet 2010, 15:00

Sans doute la faute à mes fans qui ne me vénèrent pas assez ;)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

La dernière nuit

Georges contemplait le ciel. En tous cas c'est dans cette direction que se portait son regard même...

Lire la suite

Bonjour Toi

Peut-être à cause d'une soudaine fatigue, peut-être à cause d'un trop plein d'émotions à...

Lire la suite