Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le cycle secret de votre vie

brain.jpgDans la tête de chacun d'entre nous, il y a des expériences, des envies, des gouts différents. Néanmoins, il existe un cycle, un mécanisme, qui est commun à tous.

C'est ce cycle que je souhaite détailler aujourd'hui car c'est en le comprenant et en étudiant son impact sur notre vie que l'on peut transformer sa vie et mieux surmonter les épreuves.

1. L'habitude

Il s'agit de l'étape du cycle dans laquelle la plupart d'entre nous se trouve actuellement. Par sa durée, cette étape constitue une part importante du cycle.

Il s'agit de cet état dans lequel tout nous est familier : Lorsque quelqu'un vit cette partie du cycle, l'ensemble de son environnement est entièrement connu et, dans une certaine mesure, entièrement sous son contrôle.

L'exemple le plus évident est celui de quelqu'un allant à son travail à heure globalement fixe, réalisant un travail fondamentalement toujours identique, nécessitant les mêmes capacités. Cette personne est habituée à son environnement et sait parfaitement le gérer. Elle sait également intégrer les éléments qui ne sont pas totalement sous son contrôle : un embouteillage ou des travaux pourront modifier ses horaires de travail mais sans réellement changer ses habitudes globales.

Selon un fonctionnement reconnu du cerveau, la répétition rencontrée pendant cette phase engendre une familiarité apaisante qui, faute d'éléments de comparaison, peut être assimilée à une forme de bonheur, de plaisir. (C'est sur ce fonctionnement que s'appuie la plupart des concepts de marketing)

Toutefois l'habitude n'est pas obligatoirement constituée d'éléments plaisants en eux-même. Une personne traversant par exemple une longue dépression va s'habituer à son état et, paradoxalement, y puiser également un certain "réconfort", un "plaisir" à se trouver dans cet état.

2. L'évènement exceptionnel

La phase de l'habitude peut durer indéfiniment mais il finit toujours par arriver un évènement exceptionnel.

Celui-ci peut être extérieur (mon entreprise fait faillite, un arbre est tombé sur ma voiture, ...) ou bien être provoqué volontairement (je décide d'arrêter de fumer, je monte ma propre entreprise, ...)

Le caractère "exceptionnel" de l'évènement n'est pas vraiment mesurable car à ce stade c'est la réaction de la personne face à l'évènement qui compte : Si un arbre écrase ma voiture et que je me contente de l'emmener au garage puis de retourner à mon travail, alors il n'y a eu qu'une perturbation mineure, l'évènement n'est pas véritablement exceptionnel et je reste dans l'étape "habitude" du cycle.
Par contre si ma maison brule entièrement ou si je décide de déménager, mes habitudes en sont modifiées de manière majeures.

Le meilleur moyen d'identifier cet évènement exceptionnel est la perte de repère qui l'accompagne. On se sent perdu, on ne réalise pas toujours très bien ce qui vient de se passer, on est quasiment incapable de visualiser ce qui va se passer ensuite.

Le sentiment récurrent lorsque l'on traverse cette étape du cycle est la désorientation.

3 - La fierté

Quelque soit l'évènement exceptionnel, lorsque celui-ci est finalement traversé vient une nouvelle étape du cycle : la fierté.

Notre cerveau, quelque soit l'individu, est une machine à résoudre des problèmes. Nous sommes génétiquement programmés pour apporter des solutions aux obstacles qui nous font face. Que cette solution nous fasse franchir l'obstacle et bien nous fasse abandonner pour aller voir ailleurs, le résultat est le même : Notre cerveau a répondu au problème posé et donc il se détend.

C'est cette détente, ce "repos" du cerveau suite à la crise, qui nous fait alors ressentir de la fierté, de l'assurance. Nous avons perdu nos repères, nous nous sommes retrouvés dans une situation non-habituelle, mais, bonne ou mauvaise, nous avons trouvé une solution. (La réussite d'un projet difficile, le changement d'une voiture qui tombait sans arrêt en panne, ...)
Le nouvel environnement est, en apparence du moins, désormais acquis et de nouveaux repères sont en train de se former.

Si cette étape perdure, l'habitude s'installe alors et le cycle recommence.

4 - L'affront

Mais parfois le cycle ne retourne pas immédiatement à l'étape "habitude". Il peut arriver également qu'une nouvelle crise survienne alors que les nouveaux repères ne sont pas encore véritablement définis.

Cette crise, cette étape du cycle, survient à cause d'un problème dans le nouvel environnement en train de se mettre en place : Un élément de cet environnement est en contradiction avec les maigres repères que l'individu a placé.

La première réaction du cerveau est d'envisager cette contradiction comme un conflit, une atteinte à sa façon de penser, d'être.

On pourra citer par exemple les disputes qui peuvent survenir lorsque l'on devient membres d'un nouveau forum dont on ne connait pas les règles ou bien l'envie de blâmer tous les constructeurs de voitures, voire de se mettre au vélo, parce que celle que l'on vient juste d'acheter ne fonctionne pas.

Pris au dépourvu alors qu'il commençait se sentir en confiance, l'individu rejette son nouvel environnement dans une tentative de retrouver l'ancien, autant que possible.

Si la fierté était le sentiment global de l'étape précédente, c'est le dégout et le rejet qui domine cette phase du cycle.

5 - Le nouveau palier

Finalement, le cycle se termine lorsque nous parvenons à surmonter l'affront, d'une manière ou d'une autre.

Débarrassé des éléments perturbateurs, il est désormais possible d'installer de nouveaux repères stables et durables. Repères qui plus tard permettront de recommencer le cycle complet.

De plus la série d'évènements qui se sont déroulés depuis la première phase du cycle, ainsi que la comparaison entre cette ancienne habitude et la phase actuelle, permet d'enrichir notre expérience personnelle.

Le sentiment qui domine alors est celui d'un accomplissement, d'une maturité nouvelle.

Que la paix soit avec vous.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

lemenhir lemenhir (Habitué) ·  04 juin 2008, 21:51

Et si l'environnement quotidien est multiple et non régulier, on ne vit jamais l'étape 1 alors ?

Khaos Farbauti Ibn Oblivion Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  04 juin 2008, 21:58

En théorie oui et c'est d'ailleurs une bonne chose. Mais la routine n'est pas uniquement engendrée par l'environnement, elle peut être totalement interne. (Un commercial qui va de ville en ville voit des endroits et des personnes différentes mais finalement suit toujours les mêmes routines et fait toujours le même travail)

KannTo KannTo (Fanatique) ·  07 juin 2008, 11:23

Merci de cette synthèse (elle vient de toi ?). Elle met des mots sur des choses que l'on ressent et ça permet de s'introspecter plus habilement :| . (en fait, elle met des mots sur des moments de ma vie comme c'est pas permis ... je pense que j'y reviendrai ...)

Khaos Farbauti Ibn Oblivion Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  08 juin 2008, 07:48

Tout à fait, ce texte est de moi. j'ai eu une espèce d'épiphanie ce jour là et les mots pour décrire ce cycle me sont venus d'un coup.

bamoun bamoun (Passant) ·  23 août 2010, 14:09

:?: et aprè tout celà on n'y parvient pas

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

Mes critères de choix pour la présidentielle 2017

D'ordinaire sur mon blog à l'approche des élections présidentielles, je me fends d'une analyse sur...

Lire la suite

khaos_hopital.jpg

La science, c'est de la merde !

La défiance de l'humanité envers la science ne date pas d'hier mais quand je vois, au 21ième, les...

Lire la suite