Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

5 minutes : Bernard

8h55, devant le bar du coin de la rue

Bernard prit quelques secondes pour se préparer mentalement.

Son intervention n'allait pas être des plus simples : Habillé en civil, il allait devoir pénétrer dans le bar et servir d'éclaireur pour la brigade d'intervention.

Un terroriste avec une bombe n'était jamais simple à intercepter. Dès qu'il se sentait menacé, il se faisait généralement exploser, que l'objectif soit atteint ou non.
Et même si l'explosion ne se produisait pas là où elle avait été prévue, il y avait toujours des morts...toujours.

Après une dernière vérification de son équipement radio, il se dirigea vers l'entrée.

Alors qu'il s'approchait, il regarda discrètement à travers les vitres en tentant de repérer l'individu mais autant chercher une aiguille dans une meule de foin.

C'est alors qu'il aperçut un homme qui s'apprêtait à sortir. Sa démarche rapide ne semblait pas naturelle, ce n'était pas un client en retard, se rendit compte Bernard : c'était un homme apeuré en train de fuir.
Et s'il fuyait ainsi c'était que le terroriste n'allait pas tarder à agir. Ou si ce n'était pas le cas, il pourrait décider d'agir en voyant qu'il était découvert.

Sortant son arme, Bernard se positionna près de la porte pour intercepter l'imbécile. S'il n'était pas déjà trop tard, il allait pouvoir obtenir des informations utiles sur l'homme à la bombe.

Dès que le fuyard fut sorti du bar, Bernard l'attrapa par le bras et l'attira rapidement à l'écart.

"- Quelle table ? lui demanda-t-il, son arme à la main.
- Hein ?
- A quelle table est installé le terroriste ?"

L'homme lui indiqua la table à travers les vitres et Bernard vit à quoi ressemblait sa cible.

Très bien, pensa-t-il en lâchant le client, vu la position de sa table, je vais pouvoir l'observer à partir du comptoir... Il prit alors un air dégagé et entra dans le bar.

Une fois à l'intérieur il se dirigea directement vers le comptoir et vers la serveuse qui se trouvait là.

"Bonjour. Bernard Lefèvre. Brigade anti-terroriste, lui indiqua-t-il dans un murmure tout en posant négligemment son badge sur le comptoir.
Le reste des hommes attendent dehors et vont intervenir bientôt pour interpeler l'un de vos clients. Pour ma part je vais me positionner derrière ce comptoir afin de préparer leur entrée et de prendre la personne par surprise si cela s'avère nécessaire. Faites oui de la tête, si vous m'avez compris."

Elle acquiesça et Bernard fut soulagé d'être tombé sur quelqu'un de suffisamment réactif pour ne pas avoir besoin qu'on lui répète les instructions.
C'est alors qu'il vit le mouvement qu'amorçaient les yeux de la serveuse...

"Non, ne regardez pas. Nous savons déjà où il se trouve. Contentez-vous d'agir comme d'habitude et allez servir vos clients le plus naturellement possible."

Apparemment elle avait compris et elle reprit son travail. Elle n'avait pas l'air tout à fait naturelle mais cela suffirait probablement pour que l'homme à la bombe ne se doute de rien.
De toute façon il n'avait pas le choix, cela devrait faire l'affaire.

Bernard profita de l'inattention des clients pour se glisser derrière le comptoir.

Il prit position, un genoux à terre, et utilisa le reflet des bouteilles sur l'étagère pour voir la table du terroriste. Il ne voyait pas grand chose mais là encore il s'en contenterait. Et il risquait moins d'être trahi par son propre reflet également.

"- Je suis en position, annonça-t-il dans son micro.
- Reçu. La brigade d'intervention se met en position.
- Reç..."

Du coin de l'oeil, Bernard s'aperçut que la table du terroriste était désormais vide.

Merde, pensa-t-il.

Sans hésiter, il se positionna et raffermit la prise sur son arme. Merde, merde, merde.

"J'interviens, lança-t-il dans son micro"

D'un même geste automatique, il ôta le cran de sûreté, jaillit de derrière le comptoir et tira en direction de l'homme à la bombe.

Lorsqu'il s'aperçut de son erreur, il était trop tard.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

KannTo (Fanatique) ·  28 septembre 2006, 16:00

AAAHHHHHHHHHH !!!! *frustration*

C'est juste pas gentil de gérer ton suspens comme ça !

Bon ben super, vivement la semaine prochaine (voilà, sinon, manifestement, plus tu prends de l'âge, plus ton style s'améliore) :-)

elveteran (Passant) ·  28 septembre 2006, 17:51

Bravo Khaos, superbe travail, je serais mort avant d'arriver au quart de ce que a réalisé....

Par contre je suis du même avis que tatiana, ça manque de couleur :)

tsuki_c (Fanatique) ·  28 septembre 2006, 18:33

toujours aussi palpitant ! je ne regrette pas de te l'avoir réclamée celle-là ;-)

KannTo (Fanatique) ·  28 septembre 2006, 23:33

C'est vrai ça : merci Tsuki_c !

Gabrielle (Ami) ·  30 septembre 2006, 06:33

Argh, mais ce ne sont pas des manières pour finir cette page ! Tu laisses tes pauvres lecteurs en état d'intense frustration, c'est très désagréable :D La suite, la suite...

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

La dernière nuit

Georges contemplait le ciel. En tous cas c'est dans cette direction que se portait son regard même...

Lire la suite

Bonjour Toi

Peut-être à cause d'une soudaine fatigue, peut-être à cause d'un trop plein d'émotions à...

Lire la suite