Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le Fauve : Chapitre V

"Maintenant tu vois comme tu avais tort
Alors chante cygne, chante fort"

               Vlad Wesley

Tandis qu'ils chevauchaient vers le château, Phoenix fut soudain pris de vertige.
Sa vision se troubla et il vit brièvement la forêt autour de lui disparaitre. Une douce odeur de bois ciré se fit sentir...

"Non, pas déjà..." murmura-t-il.

Il lâcha brusquement les rennes et s'effondra dans les herbes.
Son cheval continua seul sur quelques mètres puis revint vers lui accompagné d'Arille.

"Vous faites un bien mauvais cavalier", lui dit-elle

Phoenix se releva en prenant un air faussement vexé mais ne lui répondit pas. Ils remontèrent en selle et repartirent.


Les évènements prenaient une très mauvaise tournure.
De son poste d'observation, Kannto contemplait la sanglante mêlée au milieu de la plaine. Et ce qu'il voyait ne présageait rien de bon quant à l'issue finale de la bataille.

Après avoir rapidement épuisé les éléments stratégiques, le peu d'ordre martial s'était transformé en un carnage où seule la loi du plus fort comptait.

Et les plus forts étaient à l'évidence les chevaliers de l'Eguemarine.
Ils étaient aisément repérable sur le champs de bataille au vide qu'ils créaient autour d'eux. Ils tuaient avec une efficacité redoutable, ne faisant qu'à peine la distinction entre troupes amies et ennemies.
Plusieurs hommes du Roi avaient payé cher le fait d'être malencontreusement sur leur chemin.

Si Kannto ne faisait rien contre eux, il avait d'ors et déjà perdu.

Plantant son épée dans le sol, il s'agenouilla devant la croix ainsi formée et se mit à prier.

Il demanda à Dieu la voix à suivre, le chemin du salut.
Il demanda à Dieu la force de repousser l'ennemi et sauver ses terres.
Il demanda à Dieu de l'aider à protéger Dame Gabrielle.

Et une voix lui répondit. Une voix majestueuse, chaude et douce.

Je vais t'aider

Alors le seigneur Kannto se releva et prit son épée. Il fit ensuite appeler son cheval et réunir sa garde rapprochée.
Il leur indiqua la plaine et les sanglantes percées des chevaliers de l'Eguemarine.
Il pointa son épée et le groupe se mit à dévaler la colline au galop.

Et tandis qu'il percutait la mêlée des combattants, Kannto se laissa guider par la voix.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

tsuki_c tsuki_c (Fanatique) ·  11 mai 2006, 17:18

mon petit doigt me dit qu'il vaudrait mieux que KannTo n'écoute pas trop cette voix ! ;-)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

La dernière nuit

Georges contemplait le ciel. En tous cas c'est dans cette direction que se portait son regard même...

Lire la suite

Bonjour Toi

Peut-être à cause d'une soudaine fatigue, peut-être à cause d'un trop plein d'émotions à...

Lire la suite