Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le Fauve : Prologue

Voici donc le début de cette très certainement longue histoire, en espérant qu'elle vous plaira, que je serais littérairement à la hauteur et que j'arriverais à conserver des lecteurs jusqu'à sa fin. ;)

La poussière s'accumule sur des livres de tous âges. Un recueil de fables pour enfants côtoie un épais compte-rendu historique et un non moins fourni dictionnaire de locutions latines. Pas un souffle ne vient perturber leur condition.

Ici et là, des traces attestent du déplacement de certains ouvrages : Un soudain éclat de cuir au milieu d'une rangée de grisaille, un alignement imparfait au milieu d'une autre et, là bas, tout au fond, un emplacement vide.

Le livre manquant est posé un peu plus loin, sur un bureau, et une main le parcourt calmement.

Car Vlad Wesley n'est pas homme à s'emporter, même lorsqu'il se retrouve seul dans son étude. Une longue confrontation avec les plus sombres recoins de son inconscient lui a permis de forger tout au long de sa vie une armure émotionnelle implacable. S'il sait pertinemment au fond de lui comment tout cela finira, il entend bien apporter à sa lecture la même rigueur qu'il s'impose depuis toujours, source de son statut actuel, et accessoirement de sa fortune.

Sa main s'immobilise, au milieu des calligraphies minuscules, sur un nom.

"Kannto", laisse-t-il échapper d'une voix emprunte de curiosité. Puis semblant s'adresser à sa propre main : "Laisse-moi voir...hum, caballarius... reatus... rebellatrix. Oui je vois ce qui t'attire chez lui. Et chez elle aussi bien sûr..."

Un engourdissement dans la jambe interrompt sa lecture. Abandonnant son livre, Vlad se lève et fait quelques pas pour raviver la circulation sanguine dans ses membres.

"Inutile d'être désagréable, rappelle-t-il à son interlocuteur invisible tout en arpentant la pièce, nous nous connaissons trop bien. Et puis tu n'auras bientôt plus à me supporter. Ni l'inverse. Laisse-moi donc t'offrir un cigare"

Sur ces mots, Vlad se dirige vers une petite table située près de l'entrée sur laquelle repose une carafe d'eau, un cendrier et une boite ouvragée aux motifs celtiques.

Il passe doucement la paume de sa main sur cette dernière, reconstruisant mentalement l'ensemble du motif à partir de ces sensations.

Soudain, une violente douleur se déclare dans sa poitrine telle une dague plantée brutalement dans son coeur. Portant les mains vers celui-ci, Vlad perd l'équilibre et s'écroule sur le sol.

"Salopard", parvient-il à s'exclamer avant de s'immobiliser, un sourire aux lèvres, au pied de la table.

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

KannTo KannTo (Fanatique) ·  03 avril 2006, 16:54

AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!! FRUSTRATION !!!!! :-)

Khaos Farbauti Ibn Oblivion Khaos Farbauti Ibn Oblivion (Toujours là) ·  03 avril 2006, 16:59

Frustration ? Pas de ma faute si ma conception du suspense se marrie mal avec le support numérique ;)
(lorsque cette histoire sera publié en tant que best-sellers, tu pourras enfin tourner les pages)

eguemarine eguemarine (Ami de toujours) ·  03 avril 2006, 18:44

Je trouve pas la page suivante...

faut appuyer où pour tourner...

RAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHH, la suite

eguemarine eguemarine (Ami de toujours) ·  03 avril 2006, 18:46

HS : dans la liste des membres, peux-tu me passer en lien sur " eguemarine.com " merci

eguemarine eguemarine (Ami de toujours) ·  03 avril 2006, 18:47

oups, méga mouflette, j'ai oublié les 3w dans le com précédent

Gabrielle Gabrielle (Ami) ·  04 avril 2006, 08:41

Aaahh, moi aussi j'attend, à défaut de pouvoir tourner les pages suivantes, de pouvoir en lire les prochaines lignes... Bon, Khaos maintenant que tu as accroché tes lecteurs va falloir produire^^....

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

La dernière nuit

Georges contemplait le ciel. En tous cas c'est dans cette direction que se portait son regard même...

Lire la suite

Bonjour Toi

Peut-être à cause d'une soudaine fatigue, peut-être à cause d'un trop plein d'émotions à...

Lire la suite