Tout le bonheur du monde 2.0

Le blog de Khaos Farbauti Ibn Oblivion. Une vision du monde cynique et poétique.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Comment négocier son départ en retraite pour son mariage

e-consultant.jpgAujourd'hui, mon blog ouvre ses portes à un petit blogueur désoeuvré en mal de reconnaissance afin qu'il puisse profiter de l'immense célébrité qui est la mienne pour faire remonter un peu ses statistiques à la dérive.

Ce petit jeune s'appelle le e-consultant et son blog s'intitule Theorie et pratique de la survie en entreprise. On l'applaudit bien fort !

Certains d'entre vous - je ne viserais personne - font la lourde erreur de s'acoquiner sévère avec une personne du sexe féminin, tant et si bien que le mariage apparaît comme la seule solution légitimement acceptable aux yeux de la société bienpensante pour ne pas passer pour des bestiaux.

C'est compréhensible. Regrettable mais compréhensible.

Ouais, mais voilà le lézard. Le mariage, à ce qu'on dit, c'est prenant. Ca t'occupe méchamment la vie, c'est une activité à temps plein minimum. Alors comment rendre ça compatible avec la vie professionnelle qui avait été judicieusement entamée pour des raisons pécunières précédemment à cette union ?

La seule chose à faire pour gérer ça quiltran, c'est encore de se casser à la retraite. Fous aux oubliettes ta life de buro et balance toi corps et âme, pour le meilleur et pour le pire, dans le bins que tu viens d'embrasser et qu'on appelle l'hymen quand on lit des poésies à deux balles sur les toilettes.

Mais comment se faire foutre en retraite quand on est encore dans la fleur du fusil ?

Tout est une question de négociation et de planification. Il faut y aller progressivement. Voici un plan en 4 étapes.

Etape 1 : Ne rentre pas de ton congé marital

Normalement toute boite sérieuse qui n'a pas encore passé tout le monde en forfait cadre à 235 jours par an, offre gracieusement à son salarié qui se marie quelques jours de glande.

Le salarié mâle en profite pour se la couler douce en tester les cocktails de la soirée de noces pendant que sa feumeu se bouge le cul à tout organiser. La salariée femelle a oubliié de prendre ces jours car elle a déjà posé 3 mois de RTT pour faire les boutiques comme une maboule et être sûre de trouver la robe de mariée top parfaite.

Là, première étape, tout simplement, il ne faut pas se repointer au bural à la fin de ces congés.

Etape 2 : Prétexter un mariage foiré

Quand au bout de quelques jours, les services RH ou le boss va te chopper au tel pour te demander ce que tu es en train de ramer, il faut sortir la carte du mariage qui tourne en poil de boudin.

Baratine ce qui te passe par la tête : la mariée s'est barrée avec un chien de prairie, elle a eu une crise d'épilepsie au moment de dire "oui", elle a disjoncté et arraché la tête du maire, ou carrément c'était un homme et il a voulu t'en mettre une sérieuse lors de la nuit de noces.

Plus c'est gros, plus ça marche.

Bref, faut que l'autre gus au bout du fil, comprenne que ça gaze pas très fort et que t'essaies de recoller les morceaux.

Quand il a bien compati et versé sa petite larme, tu lui arraches quelques jours de plus en insistant bien sur le fait que financièrement du coup ca va pas fort et que si t'étais payé pendant ton absence ça serait top.

Ok, c'est un salaud de manager mais c'est aussi un être humain.

Etape 3 : Passer en mode pré-retraite

Maintenant il faut mettre à profit ces quelques jours grattés de haute lutte pour passer en mode pré-retraite.

Pointe-toi un matin au ton burlingue et demande un entretien avec ton boss. Explique-lui que ton mariage foiré t'as fait prendre 30 ans d'un coup, que tu te fades une dépression à se faire pendre un clown, que t'enchaines les maladies bizarres de vieux (cataracte, parkinson, alzeihmer..) et que vraiment t'es plus une ressource productive pour la boite.

Mais tu peux pas démissionner non plus car t'as 4 mômes à nourrir (car t'es hyper fertile manque de bol) et c'est la panade au niveau tunes.

Et humainement, il peut pas te virer car tu détiens un lourd dossier sur toutes les pourritures et autres coups de pute faites par ton boss, et que si jamais tu étais licencié, tu serais bien obligé de revendre au plus offrant pour parvenir à subsister. D'ailleurs, tu as déjà une offre alléchante d'un anglish qui compte bien racheter la boîte, une fois sa valorisation tabassée par la révélation de toutes ces exactions ignobles.

Une petite "pré-retraite" entre guillemets t'arrangerait bien du coup. Ca éviterait à chacun d'en venir à des extrémités fort dommageables pour les deux parties. Ca te donnerait un peu un avant-goût de la retraite qui te permettrait de te requinquer la tronche et te poser un peu. Histoire de te retourner pendant quelques mois, le temps de reprendre du poil de la bête. Après bien-sûr, on oubliera cette histoire de pré-retraite et tu reviendras turner comme avant.

Ah oui, payée par la boite bien sûr la préretraite.

Etape 4 : Entériner la retraite définitive

C'est la bonne vieille carte du pied dans la porte que tu viens de jouer là. Tu négocies un avantage temporaire, et tu le transformes ensuite en loucedé en avantage définitif.

Comment procéder ? Déjà, il ne faut pas fixer de date de fin à cette pré-retraite. Dans une grosse multi-départementale, ton cas finit tout naturellement par être enterré dans les oubliettes des procédures standards, tout ça grâce à la valse incessante des employés et des fonctions. Dans une petite boîte, le boss finit aussi par t'oublier obnubilé qu'il est par transformer sa chiotte en monstre du capitalisme conquérant.

Pour autant, on n'est jamais à l'abri d'un retournement de situation et il vaut mieux qu'à un moment tu entérine définitivement cette histoire de retraite.

Le truc c'est de se pointer quelques années après, en disant que ta pré-retraite est finie et que t'as toutes les annuités nécessaires pour bénéficier du régime standard.

De l'autre coté, tu te pointes à ta caisse en disant que ta boite a accepté de financer les annuités manquantes car tu es lessivé et plutôt que de te virer, elle préfère t'aider à te caser peinard. Les gus de la caisse, ont juste qu'à envoyer la facture à ton entreprise.

Et le coup de bambou, c'est faire passer la douille en beauté. Comment ? Simplement en la passant sur le budget formation de l'année qui n'a pas été dépensé. Hé ouais, tout connement. Suffit juste de se sauter la Directrice de la formation. Ce qui pourrait, il est vrai, compromettre ton mariage, mais bon en même temps maintenant que t'es à la zonmé toute la journée, rien que pour elle, ta bourgeoise, elle peut bien accepter un petit sacrifice non ?

Après qu'on me fasse pas dire que t'as fait tout ça pour ça. Tu la voulais cette retraite oui ou non ?

Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Auteur: Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Le Tribulateur Le Tribulateur (Passant) ·  11 juillet 2008, 12:18

Héhéhé ... :D

Le e-consultant Le e-consultant (Passant) ·  11 juillet 2008, 15:26

Mais qu'est ce tu fous là le Tribulateur ?

Tuxyroots Tuxyroots (Passant) ·  12 juillet 2008, 20:29

Bah il est venu se détendre comme moi j'imagine ;)
Même si la méthode me parait "presque" infaillible (ahemm...), la retraite c'est pas encore au programme pour moi. Plus j'ai de boulot, plus je suis content !

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:) ;) :/ :| LOL :D :( :C 8) :O ;( 8O :arrow: :evil: :!: :idea: :mad: :?: :razz: :oops: :rolleyes:

no attachment



À Voir Également

aveugle.jpg

Cette vieille leçon

Une fois encore me vient l'envie soudaine d'étaler mes pensées par écrit. Que voulez-vous, c'est...

Lire la suite

bisounours.jpg

Oui, vous êtes des salopes. Et alors ?

En ce moment je ne sais pas si c'est dans l'air du temps ou bien juste dans les préoccupations des...

Lire la suite